Amazonie Brésilienne, un village Yanomami menacé par les orpailleurs clandestins

Publié le:25-11-2011

Actualité Economique | |

(Mis à jour le: 15 juillet 2019)
Evaluer cet article

Un village Yanomami menacé par les orpailleurs clandestins

Survival International, l’organisation de défense des indigènes a partagé mardi dernier des photos aériennes d’un village d’indiens Yanomami situé au plein milieu de l’Amazonie brésilienne et qui semble menacés par les chercheurs d’or clandestins.

Le village Yanomami

Le village Yanomami

 

 

 

En effet, le territoire Yanomami a été fondé officiellement en 1992, entre les Etats d’Amazonas au nord du Brésil et Roraima juste à la frontière du Venezuelas. Il est considéré par Survival le plus grand territoire forestier indigène au monde.

Le directeur de l’organisation, Stephen Corry a affirmé lors d’un communiqué de presse que « Ces nouvelles photos mettent en évidence à quel point la protection du territoire Yanomami a été importante contre les chercheurs d’or, qui ont ravagé ce peuple dans les années 1980 ».

Aujourd’hui un retour des orpailleurs dans la zone est signalé, des campements se sont installés à 15 km de la région des Yanomani selon
Stephen Cory.

A noter que ces indiens Yanomami sont isolés de tout contact avec l’homme blanc. Ces recherches illégales ont tendance à introduire des maladies et
polluer la région avec le mercure utilisé pour retrouver l’or. Les photos du groupe de ces orpailleurs clandestins ont été prise par un
amateur Yanomami selon les déclarations du coordinateur de l’association Hutukara yanomami, partenaire de Survival, Ailton da
Silva
, à l’AFP. Morsamiel Iramari, a pris ces clichés en mars dernier après une dizaine
de jours de recherches et de survols dans un avion prêté par la Fondation nationale de l’indien (Funai).
Selon ces photos, il s’agirait d’un groupe de 38 personnes. « Les anciens disent qu’il s’agirait d’indiens, waripé (un sous-groupe
des yanomami) qui se sont réfugiés au plus profond de la forêt lors de l’ouverture de la route transamazonienne dans les années 1970″
, a signalé Ailton da Silva.

Les habitants du village Yanomami recevait des fèches à chaque fois qu’ils vont dans la forêt pour chasser « Au début, ils étaient persuadés que c’étaient des esprits agressifs de la forêt qui les attaquaient » Survival ainsi que l’association Hutukara affirment tout les deux que
depuis la fondation de ce territoire, les pourcentages de mortalité ont baissés, les orpailleurs ont été chassés. Da silva a rappelé qu’en novembre dernier, ces chercheurs clandestins
ont été expulsés par les militaires et les policiers qui ont fouillé la région. explique M. da Silva pour qui il faut également « couper le bras
qui les finance ». Selon la Funai, le Brésil compte 77 tribus indiennes isolées, disperser
entre les Etats amazoniens d’Acre, Amazonas, Mato Grosso, Roraima, Rondonia et Maranhao, seulement une trentaine est repérés.

L’organisation Survival International présume l’existence de plus d’une centaine de tribus isolées dans le monde.

Tags: ,

Category: Actualité Economique

Comments (1)

  1. Samuel .kl dit :

    Pauvre Amazonie…Mais qu’est ce qu’ils cherchent ces gens??? Ils ont assez souffert ses yanomami en plus la forêt elle risque beaucoup à cause de cela!
    Après la déforestation ([url]http://www.brasilbresil.com/brasil-bresil/economie/lamazonie-baisse-de-la-deforestation.html[/url]) il ne manque plus que ces orpailleurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *