Criciuma : une ville brésilienne fondée par les Italiens

Publié le:11-03-2019

Découvrir le Brésil | Tourisme Voyage Brésil | | | |

(Mis à jour le: 15 juillet 2019)
Criciuma : une ville brésilienne fondée par les Italiens
5 (100%) 4 vote[s]

Située dans l’Etat de Santa Catarina, dans la région Sud du Brésil, Criciuma est une ville inconnue des touristes. Sitôt que j’y ai posé mes valises, je suis toutefois tombé sous son charme que je me dois aujourd’hui de vous la faire découvrir.

L’histoire de Criciuma

La ville de Criciuma a été officiellement fondée en 1880. Contrairement aux autres villes brésiliennes qui ont été fondées par les Portugais, ce sont les Italiens qui sont à l’origine de Criciuma. Au bout d’un très long voyage qui a débuté au port de Gênes en Italie, ces derniers sont arrivés sur le site actuel de la ville vers la fin de l’année 1879.

L’histoire raconte qu’ils auraient rencontré des Indiens, mais n’auraient pas eu de problèmes avec eux. Si ces immigrants ont fui dans les terres, c’est parce que les colons arrivés en premier au Brésil les ont chassé des côtes. Ils durent alors se déplacer sur plusieurs kilomètres jusqu’à ce qu’en découvrant ce site, ils décidèrent d’y déposer leurs bagages.

La création de la ville a été un dur labeur, car tout était à faire. A leur arrivée, ils y découvrent beaucoup de Cresciuma, une plante herbeuse qui abondait dans la région. De là est née l’appellation future de la ville à savoir Criciuma.

Criciuma et la mine de charbon

Criciuma

Au fil des ans, le village fondé par les Italiens s’est petit à petit développé. C’est toutefois grâce aux activités charbonnières des habitants qu’il connut un rapide développement. C’est dans cette région que la première mine de charbon du Sud du Brésil a été fondée.

Dans les années 60, presque la totalité des habitants vivaient de cette activité. Cela leur permit de construire diverses infrastructures telles que le stade Heriberto-Hïlse ou encore l’avenue Centenario.

Aujourd’hui, c’est surtout l’industrie céramique qui renfloue les caisses de la ville.

La ville de Criciuma est souvent surnommée la « cuba brésilienne » par la presse nationale.

Découvrez aussi :

Quelques données géographiques sur Criciuma

Criciuma s’étend sur une superficie de 235 627 km². Elle est actuellement la plus grande ville de la région Sud.

Pour y passer un agréable séjour, retenez les données météorologiques suivantes :

  • La meilleure période : mars à novembre
  • Les mois au cours desquels les précipitations sont importantes, aux environs de 202 mm : décembre à février
  • Les mois les plus chauds : décembre à mars avec une température maximale de 29°C
  • Les mois les plus frais : mais à septembre avec une température minimale de 15°C

D’une vue globale, les températures restent clémentes à Criciuma. Il faut donc se baser sur le critère « pluie » pour planifier son séjour.

Le tourisme à Criciuma

Criciuma

Comme je le disais, Criciuma n’est pas vraiment une ville très touristique, mais elle abrite quand même quelques joyaux inestimables à découvrir. De plus, flâner dans ses rues à pied est une belle expérience, car non seulement, vous pouvez découvrir chaque recoin, mais la rencontre avec les habitants est aussi très gratifiante. C’est d’ailleurs ainsi que j’ai pu rencontrer des hôtes vraiment formidables qui n’ont pas hésité à m’ouvrir leurs portes et à m’offrir une visite guidée de leur ville. Parmi les sites par lesquels nous sommes passés, on cite :

  • La Casa da Cultura Neusa Nunes Vieira : ce bâtiment a été construit vers le début des années 40 pour accueillir l’hôtel de ville. A partir de 1972, il a abrité la Fondation pour l’éducation de Criciuma ou FUCRI et aujourd’hui, il abrite une galerie d’art ainsi que les archives historiques de la ville. La maison culturelle a été déclarée Patrimoine Historique de Criciuma en 1985

 

  • La Catedral São José : cette cathédrale a été construite en 1907 et a été inaugurée en 1917. En 1946, elle s’est vu doter de deux chapelles latérales, de l’atrium au niveau de sa façade et des images de Saints façonnées avec du ciment. En 1976, son sol fut entièrement carrelé et en 2006, la cathédrale fut agrandie. Ce lieu saint affiche aujourd’hui encore un style romain assez prononcé

 

  • Le Centro Cultural Santos Guglielmi : érigé en 1983, ce complexe se situe dans le parc du Centenaire. Il abrite actuellement la bibliothèque municipale Donatila Borba, la galerie d’art Octavia Gaidzinski, un théâtre d’arène et une grande salle d’exposition ayant une capacité de 730 personnes. Chaque année, de nombreux évènements y sont organisés

 

  • Le Centro Cultural Jorge Zanatta : il a été conçu dans les années 40 pour accueillir le Département national de la production minérale. Il a par la suite abrité le tout premier service de traitement de l’eau de la région Sud du Brésil, puis a fait office de prison au cours de la dictature militaire avant de retomber entre les mains du Conseil national du pétrole qui le rebaptisa bâtiment CNP. En 1993, le bâtiment fut repris par la municipalité qui y installa la Fondation culturelle de Criciuma

 

  • La Gruta Nossa Senhora de Lourdes : conçue en pierre en 1946, cette grotte abrite une végétation luxuriante, une fontaine, l’image de Notre-Dame de Lourdes et l’image de Santa Edvirges. Les marches de son escalier ont, quant à elles été construites dans les années 50

 

  • La Mina de Visitação Octavio Fontana : cette mine a été inaugurée en 2011 ce qui en fait un site tout récent. Il s’agit d’un complexe qui propose régulièrement diverses expositions et qui abrite la grotte de Santa Barbara ainsi que diverses infrastructures conçues pour sa visite. C’est une belle expérience que je vous recommande vivement, car elle permet de découvrir la mine Octavia Fontana et l’histoire de l’extraction du charbon à bord d’une mini-locomotive sur un parcours d’environ 300 m. Il faut souligner que cette mine est la seule qui soit ouverte au public au Brésil. Vous y trouverez également une boutique d’articles souvenir

 

  • Le Memorial Casa do Agente Ferroviario Mario Ghisi : ce bâtiment a été construit dans les années 1920 pour y loger l’agent des chemins de fer et sa famille. Dans les années 80, on y trouvait un restaurant, mais le bâtiment qui abritait celui-ci a été démoli en 1995 lors de la construction du nouveau terminal pour être reconstruit en 2001. Aujourd’hui, la maison de l’agent des chemins de fer abrite un musée dédié à l’histoire du transport ferroviaire à Criciuma

 

  • L’Estadio Heriberto Hülse : ce stade a accueilli de grands évènements du football comme la finale de la Coupe du Brésil en 1991. De cette compétition, le club Criciuma Esporte Clube est sorti grand vainqueur

 

  • Le Centro de Eventos Maximiliano Gaidzinksi : c’est le lieu où se déroulent les foires, les concerts, les conférences, les expositions, … à Criciuma. On le retrouve dans le parque Centenario et il compte également le gymnase sportif Walmir Antonio Orsi et le pavillon d’exposition José Ijair Conti

 

  • Le Monumento as Etnias : ce monument a été érigé en 1981 pour rendre hommage aux différentes ethnies qui ont formé la ville de Criciuma. Certes, les Italiens en sont les pionniers, mais par la suite, d’autres immigrants Européens sont également venus s’y installer. L’édifice a été construit à l’occasion du centenaire de leur arrivée sur le site

 

  • Le Museu de Zoologia « Profa Morgana Cirimbelli Gaidzinski » de l’Unesc : ce musée date de 2002, mais sa collection a été rassemblée depuis 1993. C’est le professeur Morgana Cirimbelli Gaidzinksi qui l’a fondé pour en faire un centre de référence en termes de recherche scientifique, de tourisme culturel et d’éducation environnementale

 

  • Le Museu Municipal Historico e Geografico Augusto Casagrande : le « Casarõ », à savoir le bâtiment qui abrite ce musée date de 1920. Il a été restauré en 1978 et le musée a été inauguré en 1980 quand la ville de Criciuma a célébré son centenaire. Sa collection se compose de photographies, de meubles, d’œuvres d’art sacrée et numismatiques, d’objets personnels, d’objets rappelant l’exploitation minière d’antan et des objets indigènes

 

  • Le Parque das Nações : ce parc a été inauguré en 2011 et il est aujourd’hui le plus grand parc de loisirs, de sport et de culturel de tout l’Etat de Santa Catarina. On y trouve des courts de tennis, un terrain de beach volley, une piste cyclable, des gymnases, un sentier de randonnée, une scène de spectacle, des aires de jeux pour les enfants, des terrains de pétanque, un petit chemin de fer baptisé « Terezinha » sur lequel roule une petite locomotive composée de deux chariots pour une capacité totale de 50 passagers, … Toutes ces infrastructures ont été établies au sein d’un environnement verdoyant comptant de nombreux arbres fruitiers, des palmiers impériaux, … En tout, 3 000 plants y ont été plantés pour le rendre si verdoyant

 

  • Le Morro Cechinel e Centro de Convivência da Melhor Cidade : il s’agit du point culminant de la ville qui affiche une petite hauteur de 260 m, mais d’où on a une vue imprenable sur la ville. C’est sur ce sommet qu’a été construit le Centro de Convivência destiné à accueillir les personnes âgées. Ce complexe abrite un amphithéâtre, une salle dédiée aux activités physiques, une salle de réception, une bibliothèque, un espace de déambulation, une salle informatique, …

Criciuma abrite donc de nombreux lieux incontournables à découvrir et entre les visites, n’oubliez pas de vous reposer sur la Praça do Congresso qui fait office d’un vaste espace de loisirs composé d’une aire de jeux pour enfants, d’une salle de sport, de lacs et de nombreux arbres à l’ombre desquels on aime paresser. La Praça da Chaminé est aussi à visiter.

 

Tags: , , ,

Category: Découvrir le Brésil, Tourisme Voyage Brésil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *