Gilberto Gil et la musique du tropicalisme

 

La culture | Musique brésilienne |

Gilberto Gil et la musique du tropicalisme

Gilberto Gil, ça vous dit quelque chose ? C’est un musicien Brésilien lié étroitement au tropicalisme. Ce mouvement culturel est apparu au Brésil sous le nom de Tropicalia. Aux côtés d’autres artistes de renom, il a contribué activement à l’instaurer. Retour sur son parcours et sur son histoire.

Biographie de Gilberto Gil

Gilberto Passos Gil Moreira est né le 26 juin 1942 à Salvador de Bahia, dans le sud de la région Nordeste du Brésil. Ayant grandi dans une ambiance où la culture afro-brésilienne prédomine, celui que l’on connaîtra à l’échelle internationale sous le nom de Gilberto Gil a eu la chance de s’imprégner de divers styles musicaux pour se façonner un style.

gilberto gil

Durant ses études en gestion (il avait alors 18 ans), Gil intègre un groupe nommé Os Deasafina Dos. Il commence alors à jouer de la guitare sous l’influence de la Bossa Nova.

Après avoir obtenu son diplôme, il trouve un emploi dans l’entreprise Gessy Lever, actuellement Unilever. Il était alors un homme comme les autres, mais sa passion pour la musique lui a permis de sortir du lot grâce.

Les débuts de Gilberto Gil dans la musique

Lorsque la Bossa Nova sort vers la fin des années 50, Gilberto Gil était débutant dans le monde musical. C’est dans ce nouveau genre musical et à travers les jingles publicitaires qu’il compose qu’il fait ses premiers pas et passe d’amateur à professionnel.

En 1963, il fit la rencontre de Caetano Veloso. Ensemble, ils décidèrent d’enregistrer un EP où la bossa nova et la musique traditionnelle du Brésil prédominaient. Dès cette époque, les deux amis avaient pris l’habitude de donner des petits spectacles qu’ils baptisaient Nos, por Exemplo. En savoir plus sur Caetano Veloso sur cet article.

Très vite, Gil commence à composer des chansons axées sur la vie politique et sociale au Brésil. Il partageait cette passion avec son ami Caetano Veloso. Quand le coup d’Etat de 1964 éclate à cause de la dictature militaire, ses paroles se font plus réalistes que jamais.

En 1967, le mouvement tropicalia apparaît. Derrière cette appellation, il y a une volonté de rendre la musique, non plus nationale, mais universelle. Certes, la musique brésilienne de l’époque avait une forte identité, mais pour Gilbert Gil et ses acolytes, celle-ci devait être fusionnée avec le courant hippie et psychédélique et c’est ce qu’ils ont fait. A cette époque, Gil était membre du groupe Os Mutantes.

En 1969, les deux amis connaissaient une forte notoriété. C’est durant cette année qu’il sort son premier album solo, Aquele Abraço. Ils étaient au Brésil ce que  Paul Mc Cartney et John Lennon étaient au Royaume-Uni à savoir de grandes stars. Leur vie bascula toutefois cette année-là lorsqu’ils furent emprisonnés à cause de leur engagement politique qu’ils affichaient sans honte à travers les paroles contestataires de leurs chansons. Pour Gil, son séjour en prison permit néanmoins à Gil de découvrir de nouveaux horizons. Il s’intéresse notamment aux religions orientales et en ressort végétarien.

Gilberto Gil, le musicien et chanteur

Gilberto Gil, le musicien et chanteur

Dès qu’ils ont recouvert leur liberté, trois mois plus tard, ils s’envolèrent pour Londres et Gil ne revient au Brésil qu’en 1972. Durant sa vie chez les Britanniques, il intègre alors de nombreux groupes célèbres comme Pink Floyd, Yes ou encore Incredible String Band. Malgré ses participations aux côtés de ces derniers, il ne perd pas de vue sa propre carrière en solo.

A partir des années 70, il apporte de nouvelles tendances à sa musique, notamment des inspirations africaine et nord-américaine. Il enregistre son album Expresso 2222 et se lance dans une tournée aux Etats-Unis et dans d’autres pays du monde.

En 1977, on le retrouve à Lagos, au Nigeria pour participer au FESTAC 77. Il s’agit d’un festival organisé pour mettre en avant les cultures et arts noirs et africains. Cet évènement regroupait à l’époque plus de 60 pays.

En 1979, il sort l’une de ses chansons les plus connues intitulées Toda menina baina.

En 1980, Gil s’intéresse au reggae et eut l’opportunité de travailler avec Jimmy Cliff. Il décide aussi de sortir une version en langue portugaise du titre phare de Bob Marley & The Wailers : No Woman, No cry. Dans sa langue natale, le titre donnait Não chores mais. Ce fut le premier tube reggae introduit au Brésil et d’emblée, les Brésiliens en furent séduits.

Au cours de cette décennie qui commençait, Gilberto Gil enchaîne les concerts, les nouveaux disques et les nouvelles chansons. Il commence aussi à revenir vers ses premières préoccupations : la vie sociale et politique de son pays.

En 1993, en partenariat avec son vieil ami Caetano Veloso, il sort l’album Tropicalia 2. Celui-ci contient un autre de ses plus grands tubes, Wait Until Tomorrow, une chanson de Jimi Hendrix qu’il a repris à sa façon.

Gilberto Gil, l’homme politique

Engagé dans de nombreuses causes sociales, Gilberto Gil se lance dans la politique vers la fin des années 80. Il retourne vivre à Salvador et en devient le conseiller municipal.

En octobre 2001, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture le nomme Ambassadeur de bonne volonté.

Entre 2003 à 2008, sous le mandat du Président Lula da Silva, il devint Ministre de la Culture, luttant pour la cause du Parti vert brésilien. Ce poste fait de lui le deuxième descendant d’esclaves à avoir pu intégrer le gouvernement brésilien. Rappelons que le footballeur Pelé a été le premier lors de son poste de Ministre des sports entre 1994 à 1998.

En 2008, il quitte son poste de Ministre pour revenir à son premier amour : la musique. De toute façon, même au cours de son mandat, il ne s’est jamais éloigné de l’univers musical puisqu’en 2004, il a participé à la compilation The Wired CD.

Un an plus tard, en 2005, il se voit attribuer le prix Polar Music et le gouvernement français le déclare grand officier de la Légion d’honneur.

En décembre 2018, il reçoit également la médaille d’or du mérite des beaux-arts, une récompense qui a été attribuée par le ministère de la culture espagnol.

Gilberto Gil, un artiste Brésilien de renommée mondiale

Au Brésil, Gilberto Gil fait partie des plus grandes stars de la musique. Il se retrouve aux côtés de João Gilberto, Tom Jobim, Caetano Veloso …

Il traîne derrière lui une très longue carrière musicale puisqu’il a quand même sorti plus de 50 albums. Le tout premier date de 1967 et est intitulé Louvação. Le dernier date, quant à lui, de 2014 et est intitulé Gilbertos Samba, mettant à l’honneur la musique traditionnelle de son pays, la samba.

D’album en album, le tropicalisme qui lui tient tellement à cœur reste présent. Cela ne l’a toutefois pas empêché de s’intéresser à d’autres genres musicaux et même de proposer des chansons dans divers styles comme le reggae.

En 2015, Gil et Veloso, alors âgés de 72 ans, ne comptent pas arrêter la musique. Ils se sont même lancés dans une tournée en Europe pour célébrer les 50 ans de leur amitié. Les deux compères ont avoué, à l’occasion, que jouer devant un public à 70 ans donne une toute autre sensation que de jouer alors qu’ils avaient 30 ans. Et après toutes ces années, le trac est encore là.

En savoir plus sur Gilberto GIL

Tags:

Category: La culture, Musique brésilienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code