Holambra : une ville brésilienne haute en couleurs !

Publié le:25-05-2019

Découvrir le Brésil | Tourisme Voyage Brésil |

(Mis à jour le: 22 août 2019)
Holambra : une ville brésilienne haute en couleurs !
3.6 (72%) 5 vote[s]

Tourisme à Holambra

Holambra, petite ville brésilienne peuplée d’environ 15 000 habitants, se situe dans l’état de Sao Paulo. Surnommée la ville des fleurs, Holambra enchante tous les touristes dès leur arrivée : le portail, les maisons colorées et les moulins garantissent à la ville une ambiance européenne. Nous vous proposons désormais de partir à la découverte de cette merveilleuse petite ville haute en couleurs !

Origine et histoire de Holambra

Les premiers Hollandais sont arrivés en juin 1948, peu après la seconde guerre mondiale qui avait dévasté l’Europe. Le groupe s’est établi dans une ferme, fondant la coopérative agricole de Hollande.

L’influence néerlandaise est présente dans les sabots de bois (fabriqués à la main), la tulipe (symbole de la fleur de la communauté), les costumes utilisés dans les fêtes traditionnelles, les danses et les plats typiques. Le touriste qui se rend à Holambra fait un véritable voyage à travers la culture néerlandaise. L’une des principales attractions est le Mill United Peoples. Avec 38,5 mètres de haut, est le plus grand d’Amérique latine.

Le projet a été conçu par l’architecte néerlandais Jan Heidra et est une copie fidèle des moulins à vent hollandais traditionnels. Les moulins à vent sont utilisés en Hollande depuis le 14ème siècle pour pomper de l’eau de la terre au-dessous du niveau de la mer et gagner plus de terre.

Lire aussi :

Une économie liée à la culture des fleurs

Holambra

Une économie florissante depuis plus de 50 ans

Le village, qui est maintenant une ville de 15 000 habitants, est devenu une municipalité indépendante il y a cinq ans. Son économie repose sur une coopérative qui se concentre sur les fleurs et les plantes décoratives. La coopérative emploie près de 1 000 travailleurs et est dirigée par 120 producteurs, généralement des familles.

Holambra s’est développée et a prospéré économiquement en produisant des fleurs. Au début, les Néerlandais se sont engagés dans l’agriculture traditionnelle des céréales et l’horticulture. La croissance des fleurs est devenue plus courante dans cette ville à la fin des années 1960, après que de nouveaux immigrants eurent importé des bulbes en provenance de la Hollande, où Reijers et Bonger avaient étudié. Holambra, un mélange de « Hollande » et de « Brésil », n’est devenu un succès commercial qu’après 1989, année où elle a mis au point un système de vente aux enchères quotidiennes qui alimentait les ventes. « En trois heures, nous avons vendu pour 270 000 dollars », a déclaré Reijers.

Le secteur de la floriculture est très important et connaît une croissance très importante. La floriculture peut être pratiquée dans de petites zones proches des zones urbaines et requiert une main-d’œuvre importante, jouant ainsi un rôle social important », souligne Junqueira. Selon le Service brésilien de soutien aux micros et petites entreprises (SEBRAE), la moyenne des Brésiliens employés dans la production de fleurs et de plantes ornementales est de 8 travailleurs par hectare. En 2012, 209 000 personnes étaient employées, y compris des emplois liés à la production, au commerce de gros, au commerce de détail et au soutien logistique.

Découvre aussi :

Les retombées économiques positives sur l’ensemble du Brésil

Holambra bresil

Le boom d’Holambra a aidé d’autres producteurs de fleurs à développer leurs activités. Elles sont généralement organisées en coopératives dans l’État de Sao Paulo, qui concentre entre 75% et 80% de la production commerciale nationale du Brésil. Alors que Holambra fait la promotion de sa seizième exposition florale, au moins trois autres foires de fleurs et de plantes sont organisées dans un rayon de 100 km autour de Sao Paulo, la plus grande métropole et le principal marché du pays.

Le Brésil pourrait également concurrencer des fleurs plus communes et commerciales, telles que les roses, les azalées et les violettes, et en profitant du climat du pays pour exporter des fleurs pendant l’hiver en Europe et en Amérique du Nord, a ajouté Reijers. Holambra, située à 140 kilomètres de Sao Paulo, est considérée comme à l’origine du développement de la production florale commerciale à grande échelle.

Une économie qui reste fragile…

Les recettes d’exportation de fleurs du pays pour l’ensemble de 2013 sont estimées à 23,4 millions de dollars américains. Considérant que le total correspondant pour 2012 était de 26 millions USD, le secteur a connu une baisse des ventes internationales d’environ 10%. Une nette tendance à la baisse semble donc s’être instaurée pour les exportations.

La crise économique internationale est considérée comme jouant un rôle majeur dans ce déclin. Certains experts locaux s’attendent donc à ce que les chiffres d’exportation du pays s’accélèrent à nouveau lorsque la demande internationale reprendra. Les importations de fleurs, qui sont actuellement considérablement plus importantes que les exportations, devraient rester stables et, selon les estimations, le Brésil aurait importé pour environ 41 millions de dollars de fleurs en 2013, ce qui dépasserait légèrement le chiffre de 2012, qui était de 39,5 millions de dollars.

… mais aux perspectives toujours orientées à la hausse

Découvrez Holambra

Malgré la balance commerciale négative, le secteur des fleurs reste en bonne santé grâce à un marché intérieur très développé. « C’est plus facile d’approvisionner le marché intérieur, car il n’exige pas toute la logistique nécessaire à l’exportation. Les produits que nous importons complètent la demande interne, il n’y a aucun problème avec les producteurs locaux », suggère Hélio Junqueira, agronome chez Hortica Consulting. À l’opposé des pays voisins, la Colombie et l’Équateur, le vaste marché intérieur brésilien, qui compte près de 190 millions d’habitants, consomme en réalité 97,3% de la production florale du pays. L’industrie florale devrait clôturer l’année avec une forte croissance comprise entre 8 et 10%. Les ventes annuelles aux consommateurs finals au Brésil devraient atteindre au moins 2,14 milliards de dollars américains.

Ville qui dépend économiquement de la culture des fleurs, Holambra est un très joli village qui contraste avec les grandes villes brésiliennes. Cette ville haute en couleur saura vous séduire tant par sa beauté que par la senteur exquise des fleurs. N’hésitez pas à visiter cet écrin de verdure, vous ne serez pas déçu !

Tags:

Category: Découvrir le Brésil, Tourisme Voyage Brésil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *