Le Cinéma au Brésil

 

Cinéma culture | La culture |

Le Cinéma au Brésil

Bon nombre de films brésiliens ont été nominés aux Oscars ou primés à Cannes et pourtant, le secteur cinématographique du pays reste encore assez fragile. Il compte néanmoins de très bons films que l’on peut aujourd’hui retrouver sur Netflix.

Les films brésiliens sur Netflix

Les films brésiliens sur Netflix

Les films brésiliens sur Netflix

L’industrie cinématographique du Brésil a connu de nombreux remous, mais la possibilité de télécharger des films brésiliens sur Netflix prouve aujourd’hui qu’il a réussi à se sortir des difficultés.

Sur la plateforme, vous trouverez surtout des longs-métrages, mais aussi une longue liste de séries pour la production desquelles le pays excelle particulièrement. Combien de fois avons-nous passe nos soirées devant des séries mythiques rassemblant toute la famille. Combien de fois est-on resté accroché au petit écran après le journal du soir pour attendre notre série favorite. Combien de fois sommes-nous allés au cinéma pour visionner un film brésilien.

Beaucoup trop de fois pour certains et pas assez pour d’autres. Quel que soit votre camp, sachez que sur la plateforme Netflix, vous pouvez désormais retrouver vos films et séries phares Made in Brazil.

Science-fiction, film romantique, comédie, drame, film historique, documentaire … à vous de trouver l’œuvre recherchée. Chaque film s’accompagne d’un petit résumé pour vous donner un aperçu de l’histoire.

Découvrez :

L’univers cinématographique au Brésil

L’histoire du cinéma au Brésil remonte à très longtemps puisque Rio de Janeiro voit ouvrir sa première salle en 1897. C’est également à partir de cette date que les premiers films brésiliens sont créés. Il aura toutefois fallu attendre le tournage, un an plus tard, du film intitulé Vista da baia da Guanabara pour que le secteur soit reconnu. Tourné par Alfonso Segreto, il est diffusé pour la première fois le 19 juin 1898. Depuis, la date du 19 juin a été retenue pour célébrer le jour du Cinéma brésilien.

Vers le début du 20e siècle, Rio comptait déjà une vingtaine de salles, témoignant ainsi de la progression du secteur. A cette époque, chaque salle disposait de sa propre équipe de tournage. Tous produisaient pourtant des films axés sur les sociétés françaises ou encore des documentaires sur les villes du pays.

L’évolution des œuvres au fil du temps

L’évolution du cinéma au Brésil

L’évolution du cinéma au Brésil

A partir de 1900, les œuvres produites commencent à se diversifier. Dans un premier temps, les salles de cinéma se lancent dans la production de films dits posés. Dans leur ensemble, ils s’inspirent de faits réels, notamment des crimes récentes. Il faut souligner qu’à cette époque, les films diffusés sont tournés quelques jours avant. La production était donc rapide et soutenue, mais la qualité laissait à désirer. Quelques-uns ont toutefois réussi à connaître le succès comme Os Estrandguladores produit par Francisco Marzullo en 1906.

Trois ans plus tard, le Brésil voit apparaître les films dits chantés. Là encore, les œuvres se multiplient et contrairement aux films posés, ceux chantés ont connu plus de succès.

A partir de 1911, les premières adaptations d’œuvres littéraires font leur apparition. C’est à Vittorio Capellaro et Antônio Campos que l’on doit cette innovation. Pour rencontrer le succès, les producteurs s’inspiraient des plus célèbres œuvres littéraires de l’époque. Une production soutenue est maintenue jusqu’en 1919.

Entre-temps, à partir de 1916, des ciné-journaux voient le jour et sont diffusés toutes les semaines. Ces émissions s’intéressaient aux événements majeurs de l’époque comme le carnaval, le football, la politique …

A partir des années 1920, les autres régions et villes du pays commencent aussi à s’intéresser au cinéma. Elles commencent alors à proposer des cycles régionaux pour tenir les habitants au courant de ce qui se passe dans le reste du Brésil.

Le cinéma brésilien face à Hollywood

Après un début prometteur et une progression en bonne voie, la première guerre mondiale entraîne le déclin précoce du secteur cinématographique au Brésil et dans toute l’Europe. Seul les États-Unis ont réussi à s’en sortir et ils ont d’ailleurs réussi à dominer le marché mondial. A la fin de la guerre, de nouvelles salles de cinéma sont ouvertes dans les grandes villes brésiliennes, mais seulement pour distribuer des films étrangers. Les films brésiliens ont alors du mal à trouver leur place face aux films hollywoodiens de plus en plus demandés sur le marché national.

Pour profiter quand même un peu de cette nouvelle tendance, les films nord-américains devaient payer des taxes douanières pour être diffusées au pays.

Malgré les temps difficiles que traversait le secteur à cette époque, quelques producteurs Brésiliens ont continué à se raccrocher. C’est ainsi qu’en 1929, le premier film parlant de l’histoire cinématographique du Brésil voit le jour.

Malgré cette avancée, un autre producteur a fait exactement le contraire, en sortant, l’année suivante un film muet. Ce dernier n’a pas obtenu la même ovation que le film parlant et pourtant, il est considéré comme l’une des plus belles œuvres du cinéma muet.

Avec la taxe imposée aux films étrangers, Hollywood a fini par se retirer du devant de la scène pour redonner au cinéma brésilien la place qu’il a perdu. Il ressort alors de son placard et voit apparaître de nouveaux films dont des longs métrages. A partir de cette époque, quelques producteurs ont commencé à se faire un nom dont Humberto Mauro. Cette prospérité ne dura malheureusement qu’un temps puisque Hollywood revient en force en investissant beaucoup dans la publicité. Cette fois-ci pourtant, le cinéma brésilien tient bon et quitte à cohabiter avec lui, les producteurs commencent à s’en inspirer.

C’est ainsi que les films du Brésil commencent à se moderniser, mais pourtant, aucun long-métrage n’est produit au pays à partir de 1934 et ce, pour de nombreuses années.

Quelques essais pour faire renaître le secteur

le secteur cinématographique au Brésil

le secteur cinématographique au Brésil

Quand les années 40 touchent à leur fin, une volonté de faire renaître le secteur cinématographique nait au Brésil. Le projet semble prometteur surtout qu’il devait s’inspirer du modèle hollywoodien. Des banquiers et entrepreneurs investissent alors et font même venir des réalisateurs Européens au pays pour repartir sur de bonnes bases. Malheureusement, le projet tombe à l’eau et le secteur retombe à nouveau dans l’oubli.

Après cela, d’autres essais survinrent avec des époques bien marquantes comme l’ère des chanchandas, le Cinema Novo, le Cinema Underground ou encore le pornochanchanda. A leur début, ils ont tous connu un petit succès, mais n’ont jamais réussi à perdurer dans le temps.

A partir de 1970, un regain de succès est enregistré puisque le nombre de cinéphiles au Brésil augmente de manière conséquente. Cela a permis à l’industrie d’élargir un peu sa part de marché, mais une fois encore, la chute a été inévitable avec la crise économique de 1982.

L’arrivée au pouvoir de Fernando Collor a empire encore la situation puisque ce dernier a clairement fait comprendre son désintérêt total pour le cinéma. Ce n’est qu’en 1992, avec l’arrivée au pouvoir d’Itamar Franco que l’industrie est à nouveau relancé. Des fonds sont alors débloqués pour la production de films et la loi de l’audiovisuel commence à se structurer.

Trois ans plus tard, le cinéma brésilien est à nouveau sur les rails et malgré les difficultés à retrouver sa place sur le marché, l’ouverture de la société Globo Filmes lui a permis de s’imposer sur le marché national et international.

Des lors, la production de films est maintenue au pays sans compter les séries. Et comme on l’a dit plus haut, il est désormais possible de visionner et de télécharger les derniers films brésiliens sur la plateforme Netflix.

Tags:

Category: Cinéma culture, La culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *