Les fruits du Brésil : quels sont les fruits brésiliens à goûter absolument ?

Découvrir le Brésil | La culture |

Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...
(Last Updated On: 18 octobre 2018)

Le Brésil n’est pas seulement le pays du football ou de farniente sur la plage. C’est aussi la patrie de la samba, la terre de l’Amazonie et le berceau de nombreux fruits aux valeurs nutritionnels insoupçonnés. Certaines variétés sont très peu connues en dehors du territoire brésilien et pourtant, certains marchés européens en proposent. Quelles sont ces saveurs exotiques que vous devez absolument goûter ? Voici ma liste par ordre de préférence personnelle …

Le caju

Caju

 

Ce fruit-là, j’en ai mangé dans des pays d’Afrique et depuis, le goût m’a laissé un délicieux souvenir. Pour ceux qui l’ignorent, c’est de lui que viennent les fameuses noix de cajou que vous appréciez tant en apéritif. Mais avant d’avoir les noix, il y a ce fruit très frais et juteux qui me fait saliver. Attention pour les papilles sensibles, le caju est assez acide donc la majorité des gens le préfère plutôt en jus ou en assaisonnement de leurs salades. Pour ma part, je le préfère nature, mais c’est chacun sa préférence vous dis-je.

A part son côté frais, juteux et acide, le caju regorge de différents nutriments et les Amérindiens l’ont compris très tôt puisqu’ils l’ont déjà consommé en guise d’aliments de base avant que les Portugais n’investissent les lieux. Il est plus riche en vitamine C que l’orange, il contient également une bonne quantité de minéraux, de fibres, de vitamines B et de glucides.

L’açai

Ce fruit-là a été une belle découverte pour moi. Il pousse dans le berceau amazonien, surtout dans l’Etat du Para et fait partie de l’alimentation de base des habitants les plus pauvres. Je me demande bien pourquoi alors qu’il procure de nombreuses vertus.

De ce que l’on m’a dit, l’açai est une excellente source d’énergie naturelle d’où le grand intérêt des sportifs pour lui, il prévient les pathologies cardiaques et aide l’organisme à chasser le mauvais cholestérol. Un vrai petit bijou je vous assure et en goût, il n’est pas mauvais du tout.

Le petit grain violacé est vendu sur tous les marchés du Brésil donc si vous voulez le goûter nature, vous n’aurez aucun mal. Je vous recommande toutefois de le déguster sous forme de smoothie ou encore mieux de glace. La saveur est tout simplement waouh !

Le Graviola

C’est un fruit que j’ai également découvert au Brésil et que j’ai beaucoup apprécié grâce à sa chair tendre et juteuse. A part le déguster, j’ai pu le cueillir moi-même, car la propriété sur laquelle j’hébergeais en faisait pousser dans son jardin.

L’arbre sur lequel il pousse mesure dans les 5 m de haut et accéder au fruit est assez difficile, car aussi bien l’écorce que ses feuilles sont couvertes d’épines. Heureusement, les propriétaires avaient un système assez ingénieux qui a permis d’en cueillir quelques-uns. Ils me disent que certains fruits, lorsqu’ils sont bien mûrs, tombent par terre d’eux-mêmes et que ce sont les meilleurs, mais comme on n’en avait pas ce jour-là, la cueillette s’imposait.

Le Carambole

Carambole

Consommé nature, le carambole est très acide. En confiture, il est meilleur même si cuit, sa saveur est un peu douce-amère. C’est un excellent fruit pour ceux qui suivent un régime, car il est très faible en calories. 100 g de carambole ne contiennent que 30 calories tout au plus donc régalez-vous. Il faut également souligner qu’il est une bonne source de calcium, de vitamines A, de vitamines C et de phosphore. Si vous en trouvez au marché, sachez qu’il peut être vert ou jaune.

La Jabuticaba

C’est un micro fruit violacé de la taille d’un petit grain de raisin. On le trouve surtout dans l’Etat de Minas Gerais et celui de São Paulo. En matière de saveur, il est un peu doux-amer, mais il est riche en nutriments. Il contient une bonne quantité de phosphore, de vitamines B, de vitamines C, de calcium et de fer. Cette richesse lui a valu la reconnaissance des médecins, notamment des dermatologistes qui le recommandent volontiers pour soigner une chute de cheveux ou des problèmes cutanés. Attention toutefois, son abus vous expose à des problèmes digestifs.

Le Cupuaçu

C’est un fruit proche du cacaoyer qui est originaire d’Amazonie. Son écorce, de couleur brune comme celle du fruit du baobab, est assez dure, mais en son sein, on découvre une chair faite de fibres blanches. Le Cupuaçu est riche en vitamines, en pectine et en minéraux. Il a de bonnes vertus pour maintenir du bon cholestérol. Au Brésil, on le déguste sous forme de glace ou de jus, mais on dit aussi qu’on le retrouve dans des bonbons, dans des vins ou encore dans des liqueurs. Si la fibre est la partie souvent consommée, ses graines sont utilisées pour remplacer le cacao dans certains chocolats naturels.

Le Jatoba

Ce fruit pousse surtout dans l’Etat du Maranhao et autour des Lençois Maranhenses. Même s’il pousse principalement au Brésil, le jatoba est connu à travers le monde pour ses propriétés antifongiques. C’est un fruit qui ne pourrit jamais même lorsqu’il arrive à maturité. Si les Brésiliens le consomment nature ou transformé, les autres pays l’utilisent pour la fabrication de produits cosmétiques pour soigner la peau ou dans des shampooings antipelliculaires. Si vous en trouvez durant votre séjour au Brésil, ne vous étonnez pas de voir sa coquille dure, car en dessous, le fruit est doux avec un goût acidulé.

Le Tucuma

Tucuma

Au Brésil, le tucuma se consomme rarement nature. On le transforme plutôt en une sorte de farine jaune pour faire du couscous version brésilienne. En termes de fruit, il a l’écorce verte quand il n’est pas encore mûr et jaune-orangé quand le fruit est prêt à être à être dégusté. Au sein de l’écorce, on découvre une pulpe blanche entourant de petites graines.

Le Bacupari

Ce fruit pousse dans la région amazonienne et depuis quelques années, il suscite l’intérêt des scientifiques. D’après les études menées, le bacupari dont la forme est à mi-chemin entre l’orange et la pêche, est très riche en antioxydant. On le recommande souvent pour lutter contre le cancer.

Le Tamarindo

Ce fruit est originaire d’Afrique du Sud, mais il prospère au Brésil. Dans ce pays, on le consomme surtout sous forme de bonbon, de pâte ou de dessert. Il est souvent négligé et pourtant le tamarindo est riche en fibres alimentaires excellentes pour réguler le système intestinal. Chez les Japonais, il est intégré dans bon nombre de recette pour sa saveur aigre-douce. A part la chair du fruit, ses grains sont prisés par l’industrie textile.

La Mangaba

Si vous arrivez en période estivale au Brésil, il ne faut pas manquer de boire du jus de mangaba. On le déguste rarement nature, mais vous pouvez quand même essayer une fois. On l’utilise aussi dans des desserts ou dans des sucreries.

Le Bacuri

Bacuri

C’est un fruit dont le goût se rapproche de celui du fruit de la passion. Il est un peu sucré, mais pas trop donc idéal pour ceux qui veulent limiter la consommation de sucre. Le bacuri pousse sur un arbre pouvant atteindre les 35 m de haut et il est riche en fer et en phosphore. J’ai été un peu déçu de voir sa chair un peu visqueuse, mais le goût est là.

La Pitanga

C’est un fruit fragile qui ne se déguste qu’au Brésil. Sa forme et sa couleur rouge se rapprochent de la cerise ou de la framboise, mais sa saveur est assez unique. La pitanga est très sucrée et très fraîche en bouche.

Le Jenipapo

C’est un fruit très rare qui ressemble un peu à la figue. On le déguste surtout en apéritif, mais libre à vous de le déguster quand bon vous semble.

L’Ingà

C’est un fruit qui se déguste surtout nature étant donné la faible quantité d’aliments qui peut être consommé dessus. L’ingà a une forme verticale et fine. Il contient une bonne quantité de minéraux. Au Brésil, les indigènes l’utilisent surtout en médecine traditionnelle.

 

 

 

Tags:

Category: Découvrir le Brésil, La culture

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *