Pantanal : un joyau marécageux à découvrir au Brésil

Découvrir le Brésil | | |

Rating: 4.5/5. From 2 votes.
Please wait...
(Last Updated On: 22 août 2018)

Inaccessible quatre mois sur douze puis-qu’entièrement inondé, le Pantanal est l’un des plus beaux sites écologiques du Brésil. Pour le découvrir, il faut y aller à partir du mois de mars et mettre le cap vers le centre-ouest du pays, juste aux frontières qu’il partage avec le Paraguay et la Bolivie. Même si le site est un peu difficile d’accès, il vaut vraiment le détour et je vous explique pourquoi.

Une réserve mondiale de biosphère dixit l’Unesco

Quand on évoque le Brésil et ses vastes étendues, on ne peut s’empêcher d’imaginer la splendeur de l’Amazonie et ce, à juste titre. Nous tenons toutefois à rappeler que ce n’est pas le seul joyau écologique du pays, car il y a également le Pantanal. On vous l’accorde, ce site est assez méconnu et est d’ailleurs peu fréquenté, mais c’est la destination idéale pour une aventure au cœur du plus grand marais au monde.

Que pourrait-on bien faire au sein d’un marais vous demandez-vous ? Des tas d’activités seulement réservées aux plus téméraires et à ceux qui n’ont pas peur de plonger au cœur d’une nature sauvage.

Sachez que si l’Unesco a tenu à le déclarer « réserve mondiale de la biosphère » en 2000 et que si un parc a été créé en 1980 pour le protéger, c’est bien parce qu’il abrite une biodiversité exceptionnelle et unique au monde.

Ses vastes plaines, ses marécages et ses étendues de forêts galeries abritent la plus grande faune et la plus grande variété de plantes aquatiques existantes au monde. Rien que pour cela, je suis d’accord avec l’Unesco pour le qualifier de réserve de la biosphère.

En tant que tel, ne vous étonnez pas si les règles de préservation des sites y sont strictes. Parmi elles, il y a notamment l’interdiction de pêcher pendant la saison humide, la limitation du nombre des bateaux à trois seulement à la fois pour ne pas polluer la zone, l’interdiction de chasser les animaux, quelle que soit l’espèce et la pratique de l’écotourisme.

Amazonie

A découvrir:

Une terre d’aventures

Si votre venue au Brésil a été organisée dans le but de siroter une caïpirinha au bord de la mer turquoise et de faire la fête jusqu’au petit jour, le Pantanal n’est pas fait pour vous. Par contre, si vous rêvez d’aventures dans un environnement sauvage et peu habité, vous êtes au bon endroit.

Dès qu’on y arrive, les habitants locaux n’y vont pas par quatre chemins pour nous dire ce qui nous attend : baignade dans les rivières au risque de rencontrer caïmans et piranhas, traversée de ses eaux claires au risque de déranger les anacondas et les loutres géantes, visite nocturne, cette fois-ci à bord de 4×4, mais le danger demeure puisque c’est ainsi qu’on traque le fameux jaguar. Un résumé pas vraiment encourageant, mais qui promet de belles découvertes et de belles sensations fortes. De plus, vous serez en permanence accompagné de guides expérimentés qui vous évitera les mésaventures.

Ce n’est qu’au prix de tout cela que l’on peut vraiment découvrir toutes les espèces d’animaux qui peuplent le Pantanal.

Découvrez quand aller au brésil.

Une faune exceptionnelle

Avez-vous déjà entendu parler de Blue, le perroquet d’un beau bleu dans le dessin animé Rio ? Et bien sachez que cet oiseau existe pour de vrai et qu’il est endémique au Pantanal. Dans la région, on le connaît surtout sous le nom d’ara bleu cobalt. Une visite de la zone permet de tomber nez à nez avec ce volatile, mais il faut ouvrir l’œil et ne pas faire trop de bruit.

Les animaux du Pantanal, habitué au seul son de la nature, n’aiment pas trop le bruit donc nous continuons la visite dans une espèce de silence solennelle avec les yeux grands ouverts pour essayer d’apercevoir, dans le haut des arbres, les singes, les aigrettes neigeuses, le jabiru, le toucan dont l’aracari, les martin-pêcheurs, les éperviers, les hérons, les ibis, … A mesure que les paysages changent, la faune change également, mais en général, la zone abrite :

  • Plus de 80 espèces de mammifères dont le tamanoir, le paresseux, le jaguar, le capybara, le singe hurleur, le cerf du Pantanal, le tapir, l’iguane vert, le sapajou, le lobinho, la loutre géante, le coati, le puma, …
  • Plus de 50 variétés de reptiles : caïmans yacaré, serpents (anacondas, boas, …), lézards, tortues, …
  • plus de 400 espèces de poissons : piranha, pirarucu, bagre, surubi, dourado, …
  • des centaines d’espèces d’oiseaux différents. Rappelons que le Brésil compte, à lui seul, plus de 1580 espèces d’oiseaux dont plus du tiers, 650 exactement, vit dans le Pantanal. On a déjà évoqué plus haut l’ara bleu, mais on y trouve aussi un autre oiseau emblématique, le jabiru

Pantanal

Parmi toutes les espèces animales qui y vivent, nombreuses sont celles endémiques à la région et nombreuses sont celles qui font aujourd’hui l’objet d’une protection stricte, car en voie d’extinction. C’est notamment le cas du jaguar, de la loutre géante, du tamanoir, du tapir du Brésil, du capybara, du cerf des marais, du canidé guara et de l’armadillo géant.

Une flore à trois visages

Quand la zone n’est pas inondée, l’eau laisse place à une végétation dense abritée au cœur de forêts galeries. Au sein de cet environnement vert pousse plusieurs espèces endémiques, mais pour mieux connaître la région, il faut commencer par identifier les différentes facettes qui la composent. Dans le Pantanal, on distingue alors trois types de paysages distincts :

  • la jungle amazonienne
  • la savane ou cerrado
  • le pantanal

Oui, ces trois écosystèmes s’y côtoient et abritent, à eux trois, plus de 3 500 espèces végétales différentes. Parmi les variétés les plus courantes qu’ils chérissent, on peut citer l’ipomée blanche, le prunier de Chili, le papyrus géant, le cassia grandis ou encore la pontédérie à feuilles en cœur.

A part ces dernières, on rencontre des plantes aquatiques tantôt flottant sur l’eau tantôt poussant dans les profondeurs du côté des Baiais tandis que dans les plaines et les champs, les plantes herbacées poussent à profusion. Il faut également noter que la flore varie d’altitude en altitude.

Chili

Une zone humide

Le Pantanal est la région la plus humide au monde. Pendant quatre mois, tous les ans, il est complètement arrosé par le rio Paraguay. Le niveau de l’eau peut alors atteindre les 130 mètres au-dessus du niveau de la mer, mais bizarrement, cela n’effraie pas la population locale. Depuis des décennies, les habitants se sont habitués à cette facette du Pantanal et passent facilement des jeeps aux bateaux à moteurs quand la saison des pluies débarque entre décembre à mars. Soulignons que malgré l’hostilité apparente des lieux, le Pantanal abrite la plus importante production de soja du Brésil et compte plus de trois millions de têtes de bétail.

Malgré l’habitude qui s’est installée au fil des ans, les habitants ne se lassent pas d’admirer leur environnement changeant et d’observer la faune et la flore qui doivent se renouveler et se réadapter tous les six mois. Quand l’eau commence à monter, certaines espèces animales se rapprochent des habitations pour fuir l’inondation et quand elle se met à redescendre, elles retournent vivre dans leur habitat naturel avec les nouveaux changements qui s’y sont opérés.

Enfin, même si les visites sont plus faciles durant la saison sèche, il est possible de s’offrir une visite à bord de petites embarcations durant la saison des pluies. Et comme les habitants le rappellent si bien, dans la région, les animaux aquatiques ne sont pas les plus menaçants, mais les racines des jacinthes d’eau qui peuvent bloquer les bateaux. Cela explique pourquoi ils ont toujours une machette sur eux.

Des activités ludiques

Les milliers de découvertes que l’on peut y faire apportent déjà une note ludique durant ce séjour dans le Pantanal, mais ce n’est pas tout. D’autres activités d’agrément attendent les visiteurs comme les baignades dans le rio Sucuri. Il s’agit d’une rivière, un autre trésor de la région, où l’on peut se baigner, mais seulement accompagné de guides spécialisés. Le port de combinaison, de masque et de tuba est également obligatoire avant de plonger dans cette eau d’une pureté époustouflante. C’est l’un des points d’eau les plus pures de tout le Brésil. Une fois dans l’eau, on se laisse emporter par le courant pour une visite aquatique pendant plus de trente minutes.

Et pour y aller …

La meilleure période pour y aller va d’avril à mai puis de septembre à octobre. Même s’il est possible de s’y aventurer seul, il est conseillé de solliciter les services de guides expérimentés pour ne pas se perdre. Pour cela, il faut s’adresser aux fazendas ou à un pousada de la région. Les visites se font, le plus souvent, au départ de Campo Grande ou de Cuiaba, donc il faut rejoindre l’une de ses deux villes avant de vous lancer dans l’aventure.

Découvrez quand aller au brésil?

Tags: , ,

Category: Découvrir le Brésil

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *