Porto de Galinhas : l’une des plus belles plages du Brésil

Découvrir le Brésil | Tourisme Voyage Brésil

Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...
(Last Updated On: 1 novembre 2018)

Porto de Galinhas signifiant « Port aux poules » n’est pas une ville, mais une plage de la ville d’Ipojuca. Si la ville en elle-même n’a que peu d’attractions, la zone située autour de la plage, elle, est bien connue des touristes. La preuve : Porto de Galinhas a été élue « meilleure plage du Brésil » par le magazine Voyages et Tourisme à neuf reprises. Un titre qui en dit long sur sa beauté et son charme. A mon grand bonheur, j’ai eu la chance de découvrir ce paradis dont l’histoire est étroitement liée aux poules. Savez-vous pourquoi ?

Porto de Galinhas, une histoire de poule

Porto de Galinhas

Oui, je vous parle bien de la poule, cette volaille que l’on prend plaisir à déguster pendant les jours de fête. A travers la ville, vous la découvrirez sous différentes facettes et non pas seulement dans vos assiettes. En effet, un peu partout, vous trouverez des statues de poules, des porte-clés de poules, des pots de fleurs à l’effigie de la poule, des articles souvenirs en forme de poules, … Cela fait un peu trop de poules, mais rassurez-vous, aucune poule ne circule en liberté sur cette plage.

Que vient-elle faire dans le décor dans ce cas ? J’y arrive …

Selon l’histoire, Porte de Galinhas, appelé Porto Chico jusqu’en 1850, était une plaque tournante de l’esclavage au Brésil. Les esclaves noirs importés d’Afrique étaient débarqués sur cette plage pour travailler dans les champs de canne à sucre. Après l’abolition de cette traite des noirs, certains trafiquants ont continué à importer illégalement des esclaves. Pour dissimuler leurs méfaits, ils cachaient les hommes derrière des caisses contenant des poules et des pintades. Quand leur navire approchait du port, les trafiquants utilisaient un mot de passe entre eux qui disait « Tem galinha nova no porto » signifiant « Il y a de nouveaux poulets dans le port ». De là est resté le nom de Porto de Galinha.

Pour information supplémentaire, sachez que la plage est rattachée à la municipalité d’Ipojuca laquelle se situe dans l’Etat du Pernambuco au Brésil. Elle se situe à, à peine, 3 heures d’Olinda et à une heure de Recife, deux villes brésiliennes que je vous conseille également de découvrir. Certes, elles n’ont pas la beauté de Porto de Galinha, mais restent quand même envoûtantes et des plus dépaysantes.

De Recife à Porto de Galinha

Comme je l’explique plus haut, un trajet d’une petite heure sépare ces deux destinations. Si vous y allez en voiture privée, sachez qu’au départ de Recife, il faudra payer quelques reais pour pouvoir longer la route qui mène à Porte de Galinha. Oui, ce tronçon de route est payant, comme on en trouve quelques-uns au Brésil, mais cela en vaut la peine.

Non seulement, vous déboucherez sur un petit paradis, mais en plus, le coût de vie y reste assez abordable, du moins en dehors des grandes vacances qui se déroulent de décembre à février. Pendant la haute saison, non seulement l’accès à la route augmente, mais les hôtels et autres infrastructures de tourisme font aussi flamber leur prix sans compter la forte affluence à cause de laquelle il devient difficile de trouver un coin de plage tranquille.

Si vraiment vous devez y aller à cette période, pensez au moins à y aller vers la fin du mois de novembre ou un peu après le carnaval au Brésil lequel se déroule au mois de février. Et surtout, réservez vos hôtels ou vos pousadas à l’avance si vous n’avez pas pensé à d’autres options d’hébergements.

Par « autres options », je pense à déployer une tente sur la plage, séjourner dans un camping-car, …, car oui, nombreux sont ceux qui optent pour ces solutions avantageuses. Qui plus est, si vous y allez en van ou en camping-car, les parkings sont gratuits. Du reste, j’ignore si rester toute la nuit sur ces parkings est permis ou non, mais si certains y vont dans ces bolides, c’est forcément parce qu’ils peuvent rester dormir quelque part non ? De ce que j’ai pu voir : plusieurs groupes ont déployé leurs tentes dans des champs de cocotiers, mais attention aux cocos qui peuvent tomber sur vous.

Découvrez aussi :

Une population accueillante et non collante

Porto de Galinhas du Brésil

J’insiste vraiment sur le terme « non-collante », car dans certains pays que j’ai pu découvrir, les autochtones ont le don de vous coller à la peau en proposant leurs services. A Porto de Galinhas, des rabatteurs me tombent dessus dès que je mets les pieds hors de l’hôtel pour me proposer une promenade en barque, mais un seul refus souriant leur suffit pour comprendre que ce sera pour une autre fois. Prenez soin à coller votre plus beau sourire sur les lèvres en entrant en contact avec les gens, car votre bonne humeur communicative vous attirera leur sympathie.

Et comme je le dis souvent : emportez un petit dictionnaire de poche avec vous pour perfectionner votre portugais ou vous informer sur les mots les plus difficiles. Et bien sûr, apprenez quelques expressions de base pour povoir vous faire comprendre ou comprendre.

Du milk-shake à volonté

Certes, je me trouve encore au Brésil, mais le traditionnel caïpirinha ne semble pas faire l’unanimité dans ce secteur du Pernambuco. A la place, les gens raffolent plus du milk-shake que l’on sert dans tous les restaurants du coin. Certains établissements se sont même spécialisés dans cette boisson en proposant diverses saveurs exotiques donc laissez-vous tenter au moins une fois.

De piscine naturelle en piscine naturelle

Tout au long de la bande de sable blanc, je découvre une mer aux eaux tellement translucides qu’ici, on parle plus de piscines naturelles que de mer. Sur la plage, je rencontre la personne qui m’a proposé, quelques heures plus tôt, une sortie en barque et finalement, je me laisse tenter même si, à première vue, il est possible d’aller à pied ou à la nage jusqu’à la zone où l’embarcation m’emmène. Il s’agit d’un superbe lagon avec de nombreuses piscines naturelles au sein desquelles on retrouve des dizaines de poissons pris au piège par la marée basse. Mon masque et mon tuba en place, je plonge à leur rencontre et barbote près d’une heure avec mes nouveaux amis aquatiques.

L’eau est tellement chaude, autour de 25°C, que je ne me hâte pas de sortir, mais le retour sur la plage s’impose. Là, je me prends un transat pour me dorer un peu au soleil, mais la tranquillité passe assez vite, car des vendeurs ambulants ne cessent de passer pour vendre diverses babioles telles que des colliers, des noix de cajou, des paréos, des huîtres et même du fromage fondu. Bon, j’avoue, j’ai quand même fait quelques achats, mais pour ceux qui veulent un « Ne pas déranger », il faudra aller sur d’autres plages plus isolées.

Et à part les plages ?

Porto Galinhas Brésil

Autour de Porto de Galinha, vous découvrirez d’autres sites tantôt naturels tantôt historiques de la région. Je vous recommande notamment :

  • Le Volcan Camila : dans ses environs, vous rencontrerez des descendants d’Indiens Caetés qui vendent quelques-unes de leurs spécialités culinaires. Ces Indiens ont été les premiers à vivre dans la région avant l’arrivée des colons
  • Le Couvent de Saint-Antoine : ce lieu religieux a été construit en 1606 et figure, depuis 1937 sur l’inventaire national de sites historiques
  • La cuisine, très épicée, de la région

Vous pourrez aussi y faire du tourisme écologique, des randonnées, divers sports nautiques, …

 

 

Category: Découvrir le Brésil, Tourisme Voyage Brésil

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *