Vins du Brésil : des produits à absolument tester

Publié le:08-06-2019

Boissons Brésiliennes

(Mis à jour le: 2 août 2019)
Vins du Brésil : des produits à absolument tester
3 (60%) 3 vote[s]

Vins du Brésil

Quand on parle du sud de la France, le sujet du vin vient tout naturellement dans la conversation. Il en va de même lorsqu’on parle de l’Italie ou de l’Espagne. Pour ce qui est du Brésil, les principaux sujets tournent toujours autour du carnaval, du football, de la culture ou encore de la gastronomie. Rares sont ceux qui osent évoquer le sujet du vin brésilien tantôt par méconnaissance tantôt par peur de lancer un sujet qui n’a pas lieu d’être. Aujourd’hui, je peux vous certifier que ce sujet peut très bien être évoqué puisque les vins brésiliens commencent à se faire une petite notoriété.

La viticulture dans ce pays tropical qu’est le Brésil

Tous les amateurs de vins et les viticulteurs savent bien que le climat tropical ne convient pas aux vignes. Ces dernières préfèrent plus le climat tempéré. Comment se fait-il alors que ce secteur est en pleine évolution au Brésil ?

Avant l’arrivée des colons Portugais au Brésil, le pays ne connaissait ni la vigne ni le vin. Toutefois, comme les Portugais étaient de grands consommateurs de vin et qu’ils ont découvert qu’en importer depuis le Portugal était une mauvaise idée, ils ont essayé de cultiver la vigne sur place. Malheureusement, leurs premières plantations n’ont pas donné leurs fruits puisqu’ils s’étaient alors installés dans l’Etat de Bahia, dans la région Nordeste du pays où le climat est essentiellement tropical.

Quand ils partirent à la conquête du pays, ils essayèrent d’en cultiver encore sans vraiment tenir compte de l’espèce de vigne qu’ils mettaient en terre. Ils eurent leurs premiers bons résultats en arrivant dans le sud du Brésil, là où le climat est tempéré. Et au fur et à mesure qu’ils descendaient vers le sud, leur production s’améliorait.

En 1531, ils ont commencé à en cultiver dans la capitainerie de São Vicente qui est aujourd’hui l’Etat de São Paulo. C’est notamment un gentilhomme du nom de Bràs Cubas qui a mis ces vignes en terre et qui devint alors le premier viticulteur du Brésil. En 1551, il décida de transformer la récolte en vin. Ce fut le premier vin du pays.

A l’époque, la qualité était encore médiocre, mais les colons continuèrent à élargir les plantations en espérant que les choses s’améliorent un jour. Malgré cette basse qualité, de plus en plus de producteurs essayèrent à leur tour de faire pousser de la vigne. Ce fut le cas de l’amiral Maurice de Nassau qui était alors gouverneur du Pernambuco déclaré, à cette époque, colonie hollandaise. Ce dernier a été le premier à avoir réussi à obtenir du raisin dans la région du Nordeste. Cette réussite ne dura toutefois pas et d’ailleurs, l’homme n’eut même pas le temps de produire du vin, puisque les Portugais envahirent à nouveau cette zone du Brésil et chassèrent les Hollandais en 1554.

Pendant près d’un siècle, la qualité du vin ne s’améliora guère, jusqu’à ce qu’en 1640, la production de vin apparut enfin sur la liste des richesses agricoles locales. Il faudra néanmoins attendre la fin du 19e siècle pour que la qualité du cru s’améliore enfin suite à l’arrivée des Italiens dans la région Sud du pays.

L’âge d’or du vin brésilien

vin brésilien

Au cours du 18e siècle, le Portugal interdit la production de vin au Brésil, car la production brésilienne commençait à faire de l’ombre à sa production locale. De plus, si les choses s’améliorent au Brésil, la couronne portugaise craignait de voir la taxation de ses exportations au Brésil chuter alors qu’il avait besoin de cela pour se débarrasser de ses vins invendus auprès des Anglais. Cette interdiction mit fin à la production de vin au Brésil. Une situation qui ne cadrait pas avec la réalité du pays puisque c’est justement à ce moment-là que la demande locale s’est intensifiée.

Cette époque coïncidait effectivement à la découverte d’or dans le Minas Gerais. Le nombre de nouveaux riches a alors significativement augmenté au Brésil et pour faire comme les riches, ces derniers ne voulaient boire que du vin, cette boisson étant considérée comme la boisson de la classe aisée.

Ces deux phénomènes ont donné naissance à deux effets contradictoires : la rareté du vin au pays ayant entraîné une flambée des prix. Après l’interdiction d’en produire sur place, les vins commercialisés étaient exclusivement importés du Portugal.

Pour ne pas avoir à payer le prix fort, quelques personnalités ont essayé d’en produire pour leur seule consommation, mais cela n’a pas suffi.

Dès lors, le vin était devenu un breuvage pour les riches et cela a contribué à élargir le fossé entre les classes sociales du Brésil.

Découvrez d’autres boissons brésiliennes:

Le vin se popularise

Il faut attendre les années 70 pour que le vin se démocratise enfin au Brésil, mais il faut avouer que même aujourd’hui, les meilleurs crus sont réservés à l’élite de la société.

Quoi qu’il en soit, le 19e siècle signe le retour de la production de vin au Brésil, mais le pays continuait quand même à en importer. La seule différence c’est que le Portugal n’était plus son fournisseur, car le pays s’est tourné vers l’Italie et l’Espagne. Ce n’est qu’après la chute de Napoléon en 1815 que le Portugal s’est remis à le ravitailler en parallèle avec les autres pays.

Malgré l’importation qui prédominait, la production locale a continué à se développer. Cela s’est même intensifié après la proclamation de la République et l’arrivée massive d’Italiens sur le territoire pour s’installer dans le sud du pays. Ces derniers bénéficièrent alors de bonnes conditions pour produire du vin et en 1912, ils fondent la coopérative vinicole du Brésil sise dans le Rio Grande do Sul. Pour le vin brésilien, ce fut le départ pour une nouvelle ère plus prospère.

Découvrez les meilleurs gâteaux brésiliens

Le secteur viticole actuel du Brésil

Vins

Ce secteur se porte assez bien de nos jours surtout que la classe moyenne voit sa consommation de vin augmenter d’année en année. Il faut dire que le Brésil a mené de grands efforts pour développer cette activité tant et si bien qu’aujourd’hui :

  • On rencontre une grande variété de raisins et de vins :

Cette variété s’explique par la diversité des sols. Certes, la région sud est la principale zone viticole, mais les sols y sont variés en fonction des différences d’altitude et d’emplacement géographique.

Leur principal point en commun c’est qu’ils se situent tous autour du 30e parallèle sud du pays c’est-à-dire entre la zone tropicale et la zone tempérée. Sinon, on remarque quelques différences d’un Etat à l’autre.

L’Etat du Rio Grande do Sul concentre 90 % de la production nationale. Au sein de cette zone,

  • la Serra Gaucha située à 600 m d’altitude est la plus prospère. Elle est aussi le berceau des meilleurs vins effervescents ainsi que de Merlot, de Chardonnay et de Pinot Noir.
  • Campos de Cima da Serra se situe à 1000 m d’altitude et propose un climat plus froid propice au Pinot Noir et au Chardonnay.
  • Campanha propose un sol sableux aux vignes.
  • Serra do Sudeste propose un sol granitique aux pieds de vigne.

Campanha et Serra do Sudeste s’orientent vers de nombreux types de cépages ce qui les rendent assez prometteurs.

Dans l’Etat de Santa Catarina, particulièrement dans la région de Planalto Catarinense, on produit essentiellement des vins effervescents et du vin rosé. Cela est surtout favorisé par le fait que c’est la zone viticole la plus froide du pays.

Entre l’Etat de Bahia et l’Etat du Pernambuco, on trouve une autre zone viticole qu’est Vale do São Francisco. Oui, même si là, on sort de la zone tempérée, les vins qui en sont issus sont quand même excellents. D’ailleurs, cette région est considérée comme la plus grande zone viticole tropicale au monde. Bien que la température y soit élevée avec un climat semi-aride, deux types de cépage arrivent à bien s’adapter à cet environnement. Il s’agit de la Syrah qui donne un vin rouge et le Muscat qui donne un vin effervescent très doux. Dans cette région, on enregistre deux vendanges par an.

En savoir plus sur les états du Brésil

  • Les vins effervescents connaissent une forte notoriété :

Même si le Brésil produit actuellement de nombreuses variétés de vin, les Brésiliens préfèrent plus les vins effervescents que les vins tranquilles. Ils en boivent essentiellement pendant les fêtes. La production ne satisfait pas uniquement la consommation locale, mais une partie est également exportée. Comme dit plus haut, la majorité des vins effervescents est issu de la Serra Gaucha, mais on en produit également dans les autres zones viticoles.

Dans cette catégorie de vins, on distingue deux grandes variétés :

  • les vins effervescents produits avec du Chardonnay, du Pinot Noir et du Riesling Italien avec la méthode traditionnelle dite champenoise.
  • les vins effervescents produits avec des raisins de la famille du Muscat lesquels sont connus pour donner un fort goût fruité aux vins. La production se fait ici selon la méthode Charmat.
  • Quelques cépages prédominent sur le marché :

Les vins effervescents ont beau avoir la côte au Brésil et le Cabernet Sauvignon a beau être le plus répandu sur le territoire, c’est le Merlot qui remporte le titre de meilleur cépage adapté au Brésil.

De cette variété sont issus de nombreux types de vins rouges dont la saveur varie quelque peu d’une région à l’autre.

  • Une Appellation d’Origine pour les vins brésiliens :

Les vins brésiliens ne peuvent pas encore rivaliser avec les vins de qualité supérieure du Chili ou d’Argentine, mais leur qualité est quand même reconnue surtout ceux issus de la Serra Gaucha.

D’ailleurs, une première Indication Géographique a été établie en 2002 pour souligner cette qualité. Il s’agit de l’IG Vale dos Vinhedos, indication promue Appellation d’Origine en 2012.

Dans tous les cas, le vin brésilien a encore de belles années devant lui puisque le secteur est en plein développement.

 

 

 

 

Category: Boissons Brésiliennes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *