Brésil : 30 enfants et de jeunes tués chaque jour

Publié le:22-07-2015

Actualités du Brésil

(Mis à jour le: 28 août 2015)
Evaluer cet article

D’après le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), on recense au Brésil 28 enfants ou adolescents tués chaque jour, la plupart étant des noirs. Cela représente un chiffre deux fois plus élevé que celui constaté il y a 25 ans, bien que le pays se soit doté de législations permettant de protéger les droits.

Contradiction entre débats parlementaires et réalité

Le Brésil compte plus de 150 millions d’habitants, dont environ 50% âgés de moins de 18 ans. L’UNICEF révèle que 13 millions de gens vivraient dans une totale misère. A cause de cette pauvreté, près de sept millions d’enfants ou adolescents vivent dans la rue, tentant d’éviter d’être tués. La plupart de ces jeunes vivent dans les grandes villes, principalement Rio de Janeiro. Chaque jour, ces enfants vivent de petits boulots, dans la misère et la répression. Leur âge moyen se situe entre sept et 15 ans et ils sont facilement reconnaissables par le sac qu’ils portent, rempli de colle.

D’après le rapport de l’UNICEF publié lundi, il y a un important contraste entre les discussions menées au Parlement brésilien et le nombre de meurtres relevés chaque jour. En effet, alors que les brésiliens essaient d’abaisser l’âge de la majorité pénale à 16 ans (au lieu de 18), près de 10 500 mineurs ont été tués en 2013. De plus, ce chiffre officiel est nettement plus élevé que les meurtres dénombrés dans les pays en guerre. Selon l’UNICEF, la société voudrait responsabiliser les adolescents concernant la violence. Dans les faits, les adolescents, notamment les noirs, subissent davantage de sentences de mort partout dans le pays. L’UNICEF souligne que cette situation est bouleversante car le Brésil se positionne ainsi deuxième en tant que pays comptant le plus grand taux d’homicides de jeunes de 19 ans au plus.

La population noire est la principale victime d’homicides

Chez les jeunes noirs de moins de 19 ans, qui subissent les conséquences de la pauvreté et qui vivent en périphérie des villes métropoles, le taux d’homicides quatre fois plus important que celui concernant la population blanche. En effet, parmi 100 000 habitants, on recense 36.9 noirs tués, contre seulement 9.6 chez les blancs. Selon le rapport établi lors des 25 ans de l’adoption du Statut de l’Enfant et de l’Adolescent (visant à protéger les destiné les droits humains au Brésil),  ces crimes restent majoritairement impunis.  L’Unicef souligne que durant ces 25 ans, le revenu des 60% de Brésiliens s’est amélioré, 39 millions de personnes ne font plus partie des tranches de population en situation de pauvreté extrême.  D’autre part, l’économie a nettement progressé. En outre, des progrès ont été constatés au Brésil en termes de malnutrition, de travail, d’éducation et de mortalité infantile. Cependant, dans la communauté noire, le risque de décès pour les bébés de moins d’un an reste encore élevé. En 2010, on comptait dans le pays près de 59,7 millions d’enfants et adolescents en 2010, ce qui représente 33% de ses habitants, contre un taux de 45% en 1991.

Category: Actualités du Brésil


Warning: Use of undefined constant php - assumed 'php' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d702347829/htdocs/brasil/wp-content/themes/wp-clear321/auth-bio.php on line 35

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *