Brésil, des chercheurs annoncent un nouveau vaccin contre la bilharziose

Publié le:13-06-2012

Actualités du Brésil | Général |

(Mis à jour le: 23 mars 2019)
Evaluer cet article

Un nouveau vaccin contre la bilharziose voit le jour au Brésil

Récemment, une équipe composée de chercheurs brésiliens a affirmé que le 1er vaccin au monde contre la bilharziose a été découvert.

200 millions de personne autour du monde sont affectées par cette maladie parasitaire.

Le docteur Tania Araujo-Jorge, la directrice de l’Institut Oswaldo Cruz de Rio de Janeiro a annoncé que « c’est une avancée médicale sans précédent, fruit de 30 ans de travaux scientifiques. Nous devrions être en mesure dans les trois ans de distribuer le premier vaccin antiparasitaire, et contribuer ainsi à l’éradication de la bilharziose, un mal qui frappe les plus démunis, vivant dans des conditions insalubres ».

Découverte d’un vaccin contre la bilharziose

Découverte d'un vaccin contre la bilharziose

Elle a ajouté que le vaccin pourrait entrer dans la phase de production
et distribution d’ici 3 ans pour mettre fin à la bilharziose, cette
maladie qui touche généralement les personnes vivantes dans des
conditions très démunis.

Ce vaccin qui combat les parasites
notamment les larves de la bilharziose, ce petit ver trématode qui se
trouve dans les mollusques d’eau douce, est créé à partir d’une
reconstruction d’une protéine dans un ver.

On a réalisé plusieurs
tests avec succès sur des humains, mais Mme Araujo-Jorge a assuré que
d’autres tests seront nécessaires particulièrement dans les zones les
plus touchées en Afrique en Amérique latine.

Cette maladie touche
surtout les enfants qui se baignent dans les eaux des rivières, qui sont
la plupart du temps contaminés par ce parasite.

A noter qu’au Brésil seulement on compte 2,5 millions de cas de bilharziose.

Cette
maladie se présente souvent sous forme de l’apparition cutanée avec des
démangeaisons, ensuite de la fièvre, la toux, les douleurs musculaires
et abdominales, diarrhée et dermatite.

La bilharziose peut devenir
dangereuse si elle n’est pas traitée après des années, puisque les
organes internes, comme le foie, la vessie, les poumons, vaisseaux
sanguins peuvent être gravement frappés ce qui peut amener à la mort
dans certains cas.

Dr Araujo-Jorge a ajouté également que « si le taux
de mortalité est bas, la bilharziose conduit à des incapacités de
travail qui aggrave la pauvreté et la reproduit ».

Tags:

Category: Actualités du Brésil, Général

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *