Le Brésil sur grand écran à Paris

Actualités du Brésil |

Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...
(Last Updated On: 30 novembre 2018)

La coupe du Monde 2014 qui se déroulera au Brésil à partir du mois de juin fait réellement parler du pays et ce, dans tous les domaines. En effet, à part le football, le cinéma brésilien est aussi mis à l’honneur et c’est à Paris que s’est tenu le 16ème Festival du cinéma brésilien de cette année. L’évènement a duré 8 jours (du 1er au 8 avril) et c’est la salle de l’Arlequin qui a eu l’honneur de le recevoir.

16ème Festival du cinéma brésilien

16ème Festival du cinéma brésilien

Durant ce festival, les films et documentaires qui ont été présentés ont mis en exergue deux facettes principales du Brésil à savoir le football et la dictature. Oui, la dictature a longtemps mené la vie dure aux Brésiliens et c’est aujourd’hui, sur grand écran que les réalisateurs brésiliens ont décidé de raconter leur tourmente et les horreurs que le peuple a vécues pendant cette période sombre.

Pour rappel, c’est le 1er avril 1964 qu’a commencé la dictature au Brésil. À cette date, un coup d’État a été orchestré au pays renversant dans son sillage le gouvernement de João Goulart. 20 ans de dictature ont ensuite suivi ce jour sombre de l’histoire du Brésil.

Durant ces 8 jours du festival, de nombreux films et documentaires focalisés sur la dictature ont donc été diffusés à savoir :

–          Le film documentaire Soixante-dix d’Emilia Silveira qui fait un pont entre le passé et le présent. Ce film raconte la séquestration de l’ambassadeur suisse en 1970 et la vie d’anciens prisonniers politiques.

–          Le documentaire Sobral Pinto, un homme incorruptible sorti en 2012 et réalisé par Paula Fiuza raconte quant à lui le combat pour la dignité humaine qu’a mené Sobral Pinto, un avocat durant la dictature.

–          Le documentaire Un homme condamné à mourir sorti en 1984 et réalisé par Eduardo Coutinho, un géant du cinéma brésilien récemment décédé (février 2014). La publication de ce documentaire rend hommage à ce grand homme qui a finalement réussi à terminer son film. Il l’a commencé bien avant 1964 et raconte l’injustice sur la répartition des terres et la pauvreté des paysans avant même le coup d’État d’avril. Le tournage a toutefois été interrompu par la dictature qui s’est installé et ce n’est qu’à partir de 1981, grâce à l’ouverture politique, qu’il a pu continuer son œuvre. Ce film raconte alors la lutte des paysans en ce temps sombre.

 Lire également – Cinéma brésilien : quels sont 10 films cultes produits au Brésil ?

–          Le film Serra pelada sorti en 2013 raconte l’histoire d’une mine d’or dans l’État du Pará dans les années 70.

–          Le film Fleurs rares également sorti en 2013 et réalisé par Bruno Barreto raconte le voyage d’Elizabeth Bishop au Brésil. La jeune femme y a rencontré l’amour, mais la dictature militaire finira par détruire cette relation à laquelle elle tient tant.

–          Le film Tatouage réalisé par Hilton Lacerda se focalise sur la politique dans toute sa splendeur.

–          Le film Rio 2096 : une histoire d’amour et de furie raconte la lutte contre le régime.

Du côté du football, plusieurs films ont également été présentés comme pour exprimer l’importance de ce sport dans la culture brésilienne. Un sport, certes important pour les Brésiliens, mais qui suscite aujourd’hui la colère de la population. Au programme du festival, vous aurez donc droit à :

–          Looking for Rio proposé par Eric Cantona et son équipe. Ce film raconte les tensions palpables autour de la Coupe du Monde et met en exergue les inégalités qui suscitent la colère des Brésiliens. Dans ce film, un des acteurs principaux n’est autre que l’ancienne gloire de la Seleçao : Romario.

–          Le film Une famille brésilienne (intitulé Linha de Passe au Brésil) sorti en 2008 et réalisé par le duo Danila Thomas et Walter Salles raconte la dimension du football dans la vie sociale des Brésiliens.

Autre facette du Festival, un mix entre dictature et football. En effet, ce sport était déjà célèbre durant la dictature donc, certains films racontent l’évolution du foot pendant la période sombre. Une famille brésilienne raconte cette réalité ainsi que d’autres films tels que :

–          Allez Brésil ! de Roberto Farias sorti en 1982

–          Démocratie en noir et blanc de Pedro Asberg sorti en 2014

–          L’année où mes parents sont partis en vacances sorti en 2006. Ce film a été l’un des moments forts du festival de cette année.

Il faut savoir que ce Festival a été l’occasion pour les Français de voir la diversité du cinéma brésilien qui ne se focalise toutefois pas uniquement sur la dictature et le football. D’autres films à thématiques diverses ont été présentés au Brésil au cours de l’année 2013, malheureusement, seuls quelques-uns d’entre eux ont été passés en France.

Katia Adler, organisatrice du festival de cette année espère donc, qu’au moins, le film qui a remporté le Prix du Public cette année, à savoir La collection invisible de Bernard Attal, sorti en 2012, sera diffusé plusieurs fois en France.

Tags:

Category: Actualités du Brésil

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *