Brésil, l’assassinat d’un leader guarani

Publié le:21-11-2011

Général

(Mis à jour le: 21 novembre 2011)
Brésil, l’assassinat d’un leader guarani
Evaluer cet article

Un chef indigène abattu par des hommes masqués au Brésil

Le 18 novembre dernier, Nisio Gomes, un leader indigène de l'ethnie guarani a été abattu à l’état Brésilien Mato Grosso do Sul, par des hommes armés sous les yeux de sa communauté.

Une quarantaine d'hommes masqués ont envahi le campement où se trouvait Gomes, l’ont entouré tout en ordonnant aux restes de la tribu de s’allonger sur la terre.

Nisio Gomes Indien Guarani du Brésil

 
Nisio Gomes

On lui a tiré dessus plusieurs balles dans la tête et autres parties de
son corps. Son corps a été transporté par les tireurs dans une
camionnette.

Des sources ont parlé de la mort d’une autre femme et un enfant ainsi que le kidnapping de quelques enfants.

Nisio Gomes était un chef guarani d’un groupe comportant une soixantaine
de personnes qui ont réoccupé depuis 15 jours, une terre qui la
considère comme étant leur territoire historique et ancestrale située
dans la région de Terra Indígena Amambaipeguá, occupé aujourd’hui par
des éleveurs et des fermiers ruraux.

Un autre chef guarani avait eu le même sort que celui de Gomes, Marcos
Veron
qui a été tué par des employés d’un propriétaire en 2003.

Le processus de démarcation de la terre a débuté en 2008, refusé par les
propriétaires ruraux et des forces de la politique qui s’opposent au
fait de remettre ces terres aux Indiens, cette démarche a été
interrompue plusieurs fois.

Le Conselho Indigenista Missionario a déclaré que 200 Indiens ont été
abattus lors des combats avec des ruraux pendant une période de 8 ans.

Le directeur de Survival International, une organisation qui défend les
droits des indigènes,  Stephen Corry a annoncé que le gouvernement
brésilien ne doit pas toléré de telles actions « Il semble que les
fermiers ne seront satisfaits que lorsqu’ils auront éliminé tous les
Guarani. Un tel niveau de violence était autrefois courant et de
nombreux groupes ont été décimés. Il est scandaleux que le gouvernement
brésilien tolère que de tels abus se perpétuent aujourd’hui »

déclare-t-il.

Category: Général

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *