Brésil, une femme noire au sénat brésilien

Publié le:20-12-2011

Actualité politique |

(Mis à jour le: 31 juillet 2013)
Evaluer cet article

Benedita Da Silva, première noire au Sénat brésilien

Benedita Da Silva, est la première noire au Sénat brésilien. C’est une fille d’esclave, elle est née dans un bidonville au Brésil. Elle est connue par son combat pour la liberté et l’égalité.

Toujours souriante, cette femme de 60 ans, à l’air d’avoir seulement 45 ans. Elle fut élu femme d’exception par l’Assemblée Nationale qui lui a décerné un trophée «De l'ombre à la lumière» pour lui faire hommage.

Benedita Da Silva

 

Benedita Da Silva

 

 

 «Cela a été une grande surprise pour moi, je n’avais préparé aucun discours, je ne savais pas quoi dire» a avoué le député.

Elle a fait partie des 1.000 femmes proposées en 2005 pour le Prix Nobel
de la paix
, elle qui a toujours répété que «La paix est individuelle
et elle est à l'intérieur de chacun d'entre nous».

Cette Brésilienne a toujours affirmé qu’elle est avant tout une «femme de foi».

Cette femme de grande âme qui souffert des insultes raciales et des
préjugés à cause de son origine modeste, a su se montrer forte durant
toute sa vie politique et elle a réussit à dépassé toutes insultes.
Selon peu importe ce que disent les gens !

Des cheveux courts soyeux et un curly parfait, elle parle comme on raconte une blague.

Enfance de Benedita

Benedita, qui a naquit dans une favela a affirmé à plusieurs reprise
qu’elle n’a jamais pensé à quitter « la favela où je vis, où j’ai
grandi».

En fait elle a grandit dans le bidonville  «Capéu Mangueira». Elle l’a
quitté quand elle fut élue député, sénateur, et conseillère municipale.
«J’ai du sortir de la favela quand j’ai endossé la fonction de
gouverneur. J’étais obligée de vivre dans une maison de fonction»,

a-t-elle avoué avec un air triste.

Cette grande militante brésilienne avait grandit avec douze autres
frères et sœurs. Il lui arrivait de faire les poubelles pour nourrir sa
famille. Elle a commencé à travailler très tôt comme femme de ménage
pour aider le foyer.

Elle a été choisi par les femmes de la favela pour être leur leader, ce
mouvement d’abord féministe, qui trouve aujourd’hui reconnaissance
auprès de l’ensemble de la communauté noire du bidonville.

«Nous, les femmes des favelas, nous sommes des promotrices de la paix et
nous nous battons pour avoir des hôpitaux, des écoles pour les enfants
et du travail pour tous».


Son parcours de militante

Elle a entamé le rôle de militante depuis les années 60 quand elle a
commencé à se battre pour défendre les droits de sa communauté et lutte
contre l’ancien régime militaire.

Elle est entrée dans l’opposition, et elle a contribué à la formation du
Parti des travailleurs au sein duquel elle commence sa carrière
politique dans les années 80.

Elle a eu son diplôme universitaire quand elle a eu 40 ans.

Elle est devenue par la suite la première noire au poste de conseillère
municipale
de Rio de Janeiro et après quatre ans elle sera élue au
Congrès National où elle milite en faveur de l’insertion d’amendements à
la Constitution du pays sur l’interdiction de la mise en liberté sous
caution pour les crimes raciaux.

En 1991, Da Silva a participé à un comité qui invite l’African National
Congress
dirigé par Nelson Mandela.  C’est à cette époque que le leader
sud-africain a pris conscience du manque d’égalité en Brésil.

Suivant les conseils de son idole, Mandela qui a incité les noirs du
Brésil à participer encore plus à la vie politique de leur pays, elle
s’est porté candidate à la mairie de Rio de Janeiro en 1992, et elle
gagne lors de la primaire mais ne parvient pas à être élue.

Benedita Da Silva est néanmoins députée fédérale depuis 2010.

Benedita Da Silva est une vraie battante qui a su mettre en considération le rôle de la femme à l’échelle international.

Tags:

Category: Actualité politique

Comments (2)

  1. Sally dit :

    Sacré Brésil!!Il n’arrêtera jamais de nous surprendre..

  2. Rose2011 dit :

    Mais je croyais qu’au Brésil il n’y avait pas de racisme….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *