Amazonie : Forêt amazonienne, cap sur la forêt amazonienne

Découvrir le Brésil |

Rating: 4.5/5. From 2 votes.
Please wait...
(Last Updated On: 12 novembre 2018)

L’Amazonie … tantôt elle attire les plus aventureux tantôt elle effraie les plus sensibles. Ce qui est sûr c’est que la forêt amazonienne émerveille non pas uniquement par son ampleur, mais aussi par les nombreux trésors qu’elle abrite.

Cap sur la foret amazonienne

Histoire de l’Amazonie

Alors que les Espagnols ont mené une expédition dans la région équatoriale de l’Amérique du Sud vers 1542, ils sont tombés nez à nez avec une tribu de femmes guerrières assez farouches que leur ont rappelé les légendaires femmes-guerrières Amazones d’Asie. C’est ainsi qu’ils ont surnommé le fleuve « fleuve des Amazones » et le nom Amazonie est venu naturellement au fil des ans.

Selon les spécialistes, la forêt vierge s’est formée durant l’époque Éocène. Cette forêt tropicale est donc vieille de plus de 55 millions d’années et couvre les 5,5 millions de km² du bassin qui s’étend sur 7,3 millions de km².

La forêt tropicale s’est ensuite développée encore plus vite à la fin du Crétacé sous l’influence d’un climat encore plus humide et la disparition des dinosaures.

Au fil des siècles, l’Amazonie a vécu plusieurs cycles de développement et de rétractation (comme durant l’ère glaciaire). Toutefois, la forêt a tenu bon pour la survie de ses habitants.

Emplacement géographique de l’Amazonie

Cap sur la forêt amazonienne

Située dans le bassin amazonien en Amérique du Sud, la forêt amazonienne s’étend sur une superficie de 5 500 000 km² ce qui équivaut à environ dix fois la taille de la France. Aussi appelée Amazonie ou jungle amazonienne, elle est considérée comme la plus grande forêt au monde et empiète sur le territoire de nombreux pays différents à savoir :

 

La biodiversité de la forêt amazonienne

La biodiversité de l'Amazonie

La forêt amazonienne abrite la plus importante biodiversité et le plus grand nombre espèces au monde. On y retrouve de nombreuses espèces endémiques ce qui lui vaut une jolie collection d’animaux et de végétaux. Ainsi, l’Amazonie abrite :

  • Plus de 2,5 millions d’espèces d’insectes
  • 40 000 espèces de plantes
  • 2 200 espèces de poissons
  • 1 294 espèces d’oiseaux
  • 427 espèces de mammifères
  • 428 espèces d’amphibiens
  • 378 espèces de reptiles
  • Environ 128 843 d’invertébrés endémiques à l’Amazonie brésilienne
  • 390 milliards d’arbres subdivisés en 16 000 espèces différentes
  • 438 000 espèces de plantes ayant un intérêt économique et social

 

Les écosystèmes composant la forêt amazonienne

foret amazonienne

La forêt amazonienne abrite plusieurs forêts à savoir :

  • La forêt tropicale de plaine sempervirente qui est la partie la plus riche et la plus diversifiée
  • La forêt sempervirente saisonnière
  • La forêt de campina
  • La forêt de carrasco
  • La forêt de varzea
  • La forêt d’igapo

Lire également : Ecotourisme au Brésil : une destination d’écotourisme rêvée

L’Amazonie : entre mythes et réalité

Le fleuve Amazone

Quand on parle de l’Amazonie, on a tout de suite en tête ce long fleuve qui serpente entre une forêt tropicale verdoyante. Plus de 20 000 000 de personnes se partagent ce territoire, mais malgré ce nombre important, on se rend compte que les habitants vivent surtout dans de petits villages parfois isolés et dans des zones reculées. Chaque village dont Manaus est le plus grand, a son charme, mais avant de nous y aventurer, voici quelques points à éclaircir concernant la plus grande forêt au monde :

  • Les « cités perdues » : oui, elles ont vraiment existé

Bien que nous simples touristes ayant du mal à situer exactement où se situent exactement les ruines de ces fameuses cités, les archéologues ont essayé de dresser une carte d’après leurs recherches et d’après les images satellites enregistrés. Cela signifie qu’elles ont bel et bien existé et les chercheurs disent même qu’elles ont été très peuplées avant l’arrivée des colonisateurs dans la région.

Lire aussi : Amazonie : un peuple isolé entre en contact avec le monde moderne

  • Le site actuel de la forêt amazonienne était autrefois couvert de mer :

L'Amazonie d'il y a 15 millions d'années

L’énorme site aujourd’hui couvert par la forêt amazonienne était autrefois couvert de mer, la mer Pebas. Cela remonte à plus de 15 millions d’années, mais il semblerait que même après avoir disparue, cette mer a laissé quelques richesses insolites dans la région à l’instar du dauphin rose. Quoi qu’il en soit, la mer Pebas a disparu il y a maintenant plus de 5 millions d’années suite au soulèvement de l’Arche de Fitzcarrald.

  • L’Amazonie est plus vaste que toute l’Union européenne réunie :

Alors que l’Union européenne s’étend sur environ 4 millions de km², l’Amazonie elle couvre une superficie de 5 millions de km².

  • La forêt amazonienne n’est pas le poumon vert de la planète :

On vous l’accorde, l’organisme WWF a bien annoncé en 2000 que la forêt amazonienne est le poumon vert de la planète, mais il s’agissait juste d’une stratégie pour conscientiser le monde de l’intense déforestation qui la touche en ce moment. Cette phrase n’est donc pas vraie, mais pas totalement fausse non plus, car même si elle ne peut garder le titre de « poumon vert », elle abrite quand même la plus grande biodiversité au monde.

La forêt amazonienne

Pour ce qui du statut de « poumon vert », on devrait plus l’attribuer aux océans, car c’est leur biomasse qui reste la première productrice d’oxygène et le premier puits biologique à dioxyde de carbone atmosphérique au monde. Une manière de vous dire qu’il faut absolument cesser de polluer les océans.

  • La pluie est une suite logique de son existence :

Non, ce n’est pas parce qu’il y pleut beaucoup que la forêt amazonienne a pu se développer pour devenir ce paradis vert. C’est plutôt parce qu’elle existe que la pluie y tombe autant. Cela s’explique facilement par le cycle naturel de l’eau. En résumé, ce sont les arbres de la forêt, sous l’effet de la lumière du soleil, qui libèrent au quotidien des litres d’eau. C’est ce qu’on appelle évapotranspiration. Cette eau libérée dans l’atmosphère va ensuite retomber sur la forêt sous forme de pluie, l’eau qui tombe va se mettre à ruisseler dans le sol pour retourner dans le fleuve qui s’évapore également sous l’effet de la chaleur.

L’Amazonie en danger ?

L'Amazonie, en danger ?

Malgré tous les efforts de protection et de sensibilisation pour la protection de l’Amazonie, l’homme ne cesse de la détériorer. Si en 1970, la forêt a déjà perdu 18 % de sa superficie, ce pourcentage n’a fait qu’empirer au fil des ans.

  • La déforestation :

La déforestation continue à prendre du terrain pour la mise en place de champs agricoles et pour l’élevage. En dix ans, l’Amazonie a perdu environ 587 000 km² soit un peu plus de la surface totale de toute la métropole qui s’étend sur 547 030 km².

Brésil : la déforestation augmente à nouveau dans la forêt amazonienne

En ce qui concerne le biome de la forêt, des 4 100 000 km² situés au Brésil ne restent plus que 3 403 000 km² en 2005.

Si la déforestation se poursuit à ce rythme, le WWF pense que d’ici en 2030, l’Amazonie aura perdu 55 % de sa surface totale. La Banque mondiale, elle, est plus confiante, car selon elle, la perte atteindra les 40 % d’ici en 2050.

  • L’appauvrissement du sol :

La déforestation au coeur de l'Amazonie

L’appauvrissement des sols entraîné par l’homme représente également un danger pour la jungle, car engendre la déforestation, la sécheresse ou l’ouverture de la canopée. Les micro-organismes sont donc plus que jamais menacés.

  • L’urbanisation :

L’Amazonie ne compte que quelques voies de communications légales dont la Transamazonienne qui traverse le Brésil d’est en ouest et la BR-163 ou autoroute du soja qui va du Mato Grosso au Pará. En dehors de ces routes, un réseau d‘environ 170 000 km de routes et autoroutes a été construit illégalement au sein de la jungle par les exploitants de la forêt. Ces routes leur permettent d’acheminer le bois illégalement coupé et d’atteindre les richesses de l’Amazonie.

  • L’agriculture intensive et l’élevage extensif :

Les terres dégagées ont pour la plupart servies à l’agriculture intensive et l’élevage extensif de bovins.

Découvrez le Brésil de A à Z

Tags:

Category: Découvrir le Brésil

A propos de l'auteur ()

Comments (1)

  1. r HUBERT solange dit :

    J ai vu une emission parlant des Indiens qui luttent contre la deforestation
    Leur responsableRoberto Cabral

    Pouvez vous me fournir des renseignements car cela m’interpelle enormement

    Que vont devenir nos petits enfants devant l inconscience des etres malveillants

    Amitie Solange

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *