Cap sur l’île de Marajó

Amazonie | Découvrir le Brésil

L’île de Marajó est la plus grande île fluviale au monde. Elle s’étend sur une superficie de 50 000 km² et baigne à l’embouchure des fleuves Tocantins et Amazone. Elle ne compte que 300 000 habitants et plus de 400 000 buffles d’où son surnom d’île aux buffles. Pour atteindre l’île, il faut emprunter divers circuits à bord de divers moyens de transport. C’est une aventure écologique au bout de laquelle on se retrouve dans un environnement vert avec de superbes plages sauvages.

Brève historique

Selon les habitants locaux, le nom de l’île « Marajó » signifie bouclier de l’océan. L’histoire raconte que les dieux ont décidé de placer ce bout de terre juste à l’entrée de l’Amazone pour le protéger des caprices de la mer. L’île était autrefois habitée par les Indiens Marajoara qui ont laissé en héritage leur culture ainsi que des urnes funéraires en céramique dont on ignore encore comment ils ont fait pour les emmener là.

Urne funéraire

La vie quotidienne

L’île possède un climat humide et on n’y distingue que deux saisons :

  • La saison pluvieuse qui va de janvier à juin
  • La saison sèche qui va de juillet à décembre

Durant la saison de pluie, l’eau inonde le territoire jusqu’à un mètre et l’on se retrouverait presque dans une sorte de « Camargue équatoriale ». Malgré les caprices de la nature, les habitants s’y sont habitués et à voir les richesses de sa faune et de sa flore, on comprend aisément pourquoi.

Sur cette terre aussi large que la Belgique et les Pays-Bas réunis, le moyen de locomotion par excellence est le buffle. Cet animal est idéal pour traverser la mangrove et même la police locale dispose d’une unité inédite ayant recours aux buffles. Les habitants les surnomment « les 4×4 locales ».

L’économie

Les habitants vivent surtout de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage de buffles. Le tourisme y est très peu développé et n’attire que quelques aventuriers amoureux de la nature et de dépaysement.

La faune et la flore

En termes de faune, l’île de Marajó abrite près de 361 espèces d’oiseaux différents tels que l’ibis rouge ou guaras que l’on retrouve sur tout le territoire, le héron cocoï, les flamants, les éperviers, les perroquets, … Les oiseaux et les buffles ne sont toutefois pas les seuls à y avoir élus domicile, puisqu’on y trouve également :

  • De nombreuses espèces de singes et de macaques
  • Des reptiles dont les grands anacondas et les bothrops marajoensis
  • Des mammifères endémiques représentés par une grande variété de capybaras et de singes
  • Une race rare de cheval : le marajoara. Cette espèce se distingue par sa petite taille et sa grande résistance. Elle est originaire de l’île

La partie occidentale de l’île est presque entièrement recouverte de forêts assez difficiles à pénétrer. Presque sur tout le territoire, on retrouve des mangroves ainsi que les fameuses tesos, des collines artificielles qui y ont été érigées durant la période précolombienne par les Amérindiens. Toute la côte orientale est, quant à elle, bordée de superbes plages de sable fin.

Comment s’y rendre ?

Pour atteindre ce petit bout de paradis, il faut emprunter un circuit assez complexe. C’est au port de Belém que tout commence. Il faut s’y rendre dès six heures du matin pour ne pas rater le ferry à bord duquel tous les voyageurs embarquent pour un trajet d’environ quatre heures. L’embarcadère met ensuite cap au nord pour atteindre quelques minutes après la baie de Guarajá suivie du Rio Pará. Arrivé à Camará, tous les voyageurs descendent pour monter dans une fourgonnette. Le circuit se poursuit sur une route cahoteuse pendant une demi-heure environ au cœur de la forêt. Plus loin, des pirogues attendent déjà pour entamer la dernière partie de l’itinéraire. Ces embarcations descendent le Rio Camará vers le Sud et au bout de quelques minutes, on arrive enfin à destination.

Category: Amazonie, Découvrir le Brésil

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *