Forró, la danse brésilienne

artistique | Découvrir le Brésil | La culture

Evaluation: 4.5/5.
Please wait...
(Dernière mise à jour : 13 juin 2018)

Originaire de la région Nordeste du Brésil, le Forró est une danse traditionnelle et très populaire que tous les Brésiliens se doivent de connaître. Sa pratique ne se limite d’ailleurs plus au Nordeste puisqu’il est connu à travers le Brésil. Il suffit d’y aller pour que la musique, de même nom, vous arrive jusqu’aux oreilles et rythme votre séjour.

L’histoire du Forró

Le Forró est, comme toutes les autres musiques traditionnelles du Nordeste, une variante du Baião, un autre rythme musical populaire de cette région. A l’origine, il était seulement connu dans le sud de l’Etat de Bahia et dans le nord de l’Etat de Maranhão. Sur ce territoire régnait alors de nombreux syncrétismes et on pense d’ailleurs que le Forró est issu d’une pratique qui y était rattachée. Quoi qu’il en soit, dans cette musique et danse se reflètent des influences africaines, européennes et autochtones.

Quand cette musique est née, elle a égayé la vie des habitants au quotidien. On le jouait aux bals, on l’entendait aux marchés, on l’écoutait au travail, … Elle était devenue THE musique qu’il fallait écouter tous les jours quoi que l’on faisait.

Le Forro, une danse traditionnelle du Brésil

Malgré sa grande popularité dans cette partie du Brésil, le reste du pays ignorait encore son existence et ce n’est qu’à partir de l’année 1940 que le Forró conquit tous les Brésiliens.

Découvrez aussi les autres danses traditionnelles du Brésil

La conquête du Brésil

Pendant de nombreuses années, seuls les Nordestinos savaient danser et chanter le Forró. Toutefois, à cause des conditions de vie difficiles qu’ils avaient dans le Nordeste, chômage et inégalités sociales, nombreux d’entre eux ont dû quitter leurs terres pour trouver du travail vers le sud du Brésil. La migration a connu son apogée à partir de 1940 et s’est surtout faite à destination de São Paulo et de Rio de Janeiro.

Dans leurs déplacements, les Nordestinos ont emporté avec eux, leurs traditions et de précieux souvenirs de leur région d’origine. Pour les revivre, malgré l’éloignement, ils s’exprimaient à coup d’accordéon et de viola, une petite guitare à cinq cordes. Leurs chansons prenaient surtout la forme de lamentations empreintes de nostalgies, mais aussi de petites anecdotes amusantes. Petit à petit, leur musique est devenue celle qui animait les bals de paysans immigrés dans les grandes villes.

Par la suite, grâce à Luis Gonzaga, qui était à la fois chanteur, accordéoniste et compositeur, le Forró devint de plus en plus populaire à travers le Brésil tant et si bien qu’en 1970, tous les lieux de divertissement de Rio et de São Paulo en jouaient. Ces établissements furent baptisés « Casas de Forró » signifiant « Maison du Forró ».

Il faut néanmoins noter que pendant de longues années, le Forró est resté une musique et une danse réservée aux petits artisans, aux domestiques et aux ouvriers. Les classes moyennes et aisées ne l’ont adopté que tardivement quand ce genre musical est devenu un phénomène en vogue.

De nos jours, le Forró est considéré comme une danse traditionnelle du Brésil, comme l’est la samba.

Un genre musical pour tous ?

En ce qui concerne l’origine du mot « Forró », les avis sont partagés.

  • Hypothèse n°1 :

Certains pensent que ce mot est issu des mots anglais « For all ». L’histoire raconte effectivement que durant la construction du chemin de fer à Recife, les Anglais responsables des travaux, avaient pris l’habitude d’organiser des bals organisés pour tous d’où le terme « For all ». Au fil des ans, ce terme a été progressivement assimilé à la langue brésilienne donnant l’appellation « Forró ».

  • Hypothèse n°2 :

D’autres pensent que ce mot n’a aucun lien avec « For all », mais serait plutôt issu du mot africain « Forrobodo » qui signifie faire la fête. Et comme le Forró a des influences africaines, on n’est plus sûr de l’origine du mot.

  • Hypothèse n°3 :

Une dernière hypothèse pense que le terme serait issu du français « faux bourdon ».

Même si l’origine étymologique reste peu certaine, s’il y a bien une chose dont on peut être sûr c’est que ce genre musical et la danse qui s’y réfèrent sont ouverts à tous les âges.

Des jeunes qui aiment la version « collé-serré » aux aînés, qui préfèrent des versions plus sages aux professionnels qui en font une véritable passion, danser le Forró est un must quand on séjourne au Brésil.

Comment danser le Forró ?

Le Forró est une danse de couple sensuelle et joyeuse. Les pas sont relativement simples puisqu’il suffit de faire deux pas à gauche et deux pas à droite. Ils sont généralement posés, mais il est également possible de les réaliser en sautillant comme le font les professionnels. Ces derniers ne cessent d’ailleurs d’innover leurs pas et ne respectent la base que rarement sans pour autant s’en éloigner totalement. Et comme dans toute danse de couple, c’est au cavalier de diriger sa cavalière.

Le Forro, une danse traditionnelle brésilienne

Par ailleurs, il existe actuellement deux variantes pour le Forró à savoir :

  • Le Forró rastapé : c’est la danse originelle du Nordeste qui se base sur des mouvements de pieds basiques et répétitifs, mais avec très peu de mouvements des bras
  • Le Forró universitario : cette version a été influencée par le tango, la salsa et la lambada. Il trouve son origine à São Paulo et est aussi appelé « xote »

Dans tous les cas, il se danse très proche de son partenaire d’où son côté sensuel et fusionnel. Et quand les deux danseurs semblent ne faire plus qu’un, leurs mouvements sont plus harmonieux et la danse n’en est que plus merveilleuse. Il faut néanmoins souligner que cette fusion n’est pas obligatoire, mais au fur et à mesure que vous vous y habituerez, elle s’installera naturellement sans que vous en ressentiez un certain malaise.

Quels instruments sont utilisés pour le rythme musical ?

Et puisque le terme Forró indique aussi un genre musical, ce dernier s’obtient grâce aux sons mélodieux et subtils de :

  • L’accordéon
  • Zabumba, une sorte de gros tambour de forme plate
  • Trangle
  • Pandeiro : une sorte de tambourin

Et bien sûr, les musiciens chantent tout en jouant de leurs instruments. Dans la majorité des cas, leurs chansons parlent d’amour.

Ils peuvent également changer de tempo allant d’une musique entraînante au tempo rapide à un tempo plus lent et plus langoureux.

De nos jours, le Forró continue sa conquête du Brésil et de nouvelles versions plus modernes ont déjà vu le jour tout en restant fidèle au principe de base.

A part Luis Gonzaga qui a travaillé à le populariser à travers le Brésil, d’autres artistes brésiliens l’ont aussi propulsé au-devant des scènes à l’instar de Jackson do Pandeiro ou de Dominguinhos. Notez également qu’à ses débuts dans la musique, Gilberto Gil a commencé en tant que joueur d’accordéon pour le Forró.

Où apprendre à danser le Forró ?

Comment danser le Forro ?

L’idéal serait bien sûr au Brésil. Des cours sont donnés dans toutes les villes du pays donc n’hésitez pas à vous inscrire et à assister aux bals populaires, car vous y apprendrez beaucoup de techniques. Ce serait également une manière de vous rapprocher des habitants et qui sait, d’obtenir des cours gratuits.

Et si vous ne pouvez vous rendre au Brésil dans l’immédiat, quelques écoles de danse en proposent au sein de leurs établissements donc renseignez-vous.

Découvrez le Brésil de A à Z

Category: artistique, Découvrir le Brésil, La culture

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *