La Samba : danse emblématique du Brésil

artistique

Partout au Brésil, vous entendrez ce rythme emblématique du pays : la samba. Bien sûr, vous ne verrez pas forcément des danseurs, mais ce style musical est omniprésent. Il est d’ailleurs le seul que vous entendrez durant le fameux carnaval de Rio. Retour sur l’histoire de cette danse …

Histoire

La samba est le mélange de rythmes portugais et africain. Son appellation est issue des mots angolais « semba » ou « mesemba » pouvant signifier prier ou invoquer. A ses origines, la samba se référait d’ailleurs à une cérémonie religieuse.

Pour certains, ces termes signifient « danser avec joie » ou « nombril contre nombril ». Deux définitions plus justes de la samba d’aujourd’hui.

C’est à Salvador de Bahia que la samba est apparue pour la première fois au Brésil et ce, à cause de la forte présence de la communauté noire qui y règne. Elle n’est arrivée à Rio de Janeiro que vers le début du 20ème siècle.

En 1917, la première samba brésilienne est enregistrée sous le titre de « Pelo Telefone ». Le morceau a été interprété à l’époque par Mauro Almeida et Donga. Le succès fut immédiat et très vite, la samba devient une musique populaire pour les noirs brésiliens.

La samba au fil des ans

La première école brésilienne de samba, baptisée Deixa Falar, a été créée dans les années 30 par un groupe musical mené par Ismael Silva. Elle se situait dans le quartier Estacio de Sa dans la ville de Rio de Janeiro. Petit à petit, ces musiciens l’ont façonné de sorte à l’adapter aux défilés du carnaval.

La Samba : danse emblématique du Brésil

La radio a également contribué à promouvoir cette musique jusqu’à ce qu’elle soit connue à travers le pays. C’est finalement, le dictateur Getulio Vargas qui la déclara « musique officielle du Brésil ».

A partir de là, le rythme a évolué pour donner naissance à d’autres genres parfois plus exubérants encore ou plutôt calmes.

En 1939, Carmen Miranda, de son vrai nom Maria do Carmo Miranda da Cunha, arrive aux Etats-Unis et commence alors à y lancer la samba qui va très vite se populariser à travers le monde. Entre 1940 à 1953, la jeune femme joue dans plus d’une dizaine de films à Hollywood et vend près de 10 millions de disques à l’échelle mondiale. On se souvient surtout d’elle pour son interprétation de Tico Tico No Fuba dans le film Copacabana.

Dans les années 50, la Bossa Nova, une variante de la samba créée par des musiciens blancs fait fureur. Ce genre a surtout été rattaché à Tom Jobim et Joao Gilberto. Dans les années 60, on le jouait surtout dans les favelas de Rio de Janeiro.

Dans les années 70, la samba revient en force à la radio grâce à des artistes comme Clara Nunes y Beth Carvalho ou encore Martinho da Vila.

Au début jusqu’au milieu des années 80, elle a un peu été délaissée par les jeunes puisque le Disco était alors la grande tendance du moment ainsi que les chanteurs américains. A cette époque, on ne l’entendait plus que durant les jours de carnaval. Vers le milieu de cette décennie, elle fait un grand retour au-devant des scènes avec une nouvelle variante baptisée Pagode. Cette dernière utilisait alors une petite guitare à quatre cordes que l’on appelait cavaquinho. Les paroles l’ont également rendu célèbre puisque les chanteurs utilisaient surtout de l’argot ce qui a facilité sa popularisation. De nombreux groupes ont vu le jour tels que Grupo Fundo de Quintal ou encore Zeca Pagodinho.

De nos jours, elle est encore l’emblème du pays et ce, même si les chanteurs et musiciens spécialisés se font de plus en plus rares. Elle est au cœur du Carnaval et de toutes les autres festivités brésiliennes. Chaque année, les écoles de samba organisent un grand défilé qui se déroule au sambodrome de la ville. Un lieu spécialement érigé pour cette musique et la danse qui y est associée. Ces dernières années, c’est Daniela Mercury qui a surtout fait parler de la samba au-delà des frontières brésiliennes.

Samba, la danse

Même s’il est courant de voir des couples se déchaîner sur la samba, elle peut également se danser seul. C’est d’ailleurs le solo qui règne en maître durant le Carnaval et que le public a baptisé « Samba no pé qui ».

Musicalement parlant, la samba ne se base que sur deux temps ce qui la rend facile à jouer. En termes de danse toutefois, elle est très sportive et sollicite toutes les parties du corps.

Pour la danser, plusieurs écoles peuvent vous initier.

Category: artistique

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *