Le Brésil veut trouver une place dans l’univers de la mode

Publié le:09-02-2012

Cinéma culture | | |

(Mis à jour le: 22 décembre 2018)
Le Brésil veut trouver une place dans l’univers de la mode
Evaluer cet article

Le Brésil veut se démarquer dans le monde de la mode

Le Brésil veut se créer une place dans l’univers de la mode. En effet alors que nous vivions sous les défilés des nouvelles collections de l’hiver, Rio et Sao Paulo sont aux rythmes des défilés estivaux.

Jacques Brunel, le directeur général adjoint de Première Vision ce Salon français où les tissus constituant la base aux collections ont été présentés a estimé fièrement que « les créateurs du pays commencent à s’intéresser à des tissus européens haut de gamme ».

L’ABIT, une association brésilienne spécialisée dans les industries du textile ainsi que l’Apex, cette agence d’export essayent d’attirer l’attention des grands rédacteurs de la mode pour voir les manifestations de mode qui se tiennent dans le pays, Evilasio Miranda de l’association des créateurs brésiliens a déclaré que « les créateurs brésiliens cherchent à être présents dans les boutiques françaises. C’est pour eux une marque de reconnaissance dont ils vont pouvoir se servir sur le marché brésilien ».


lire aussi : les maillots brésiliens.

Il y a cependant quelques noms qui ont pu se faire une notoriété à l’étranger, même si cela reste très peu, notamment Carlos Miele et Alexandre Herchcovitch qui présentent des défilés à New York.

En effet, Gustavo Lins est devenu un membre de la haute couture parisienne. Mais, il reste le seul  représentant de la mode brésilienne. En Europe on a tendance à s’arracher les tongs Havaianas et les maillots de bain Lenny en été, mais les brésiliens ne sont pas habitués aux modes de plages.

 

Catherine Bremond est l’une des femmes attirés de la mode et qui est accro aux Galeries Lafayette a signalé que « le Brésil est un pays qui s’auto suffit et la mode copie encore trop souvent ce qui se fait en Europe. Les créateurs les plus originaux qui souhaitent venir en France se heurtent à des taxes d’importation qui rendent leurs produits aussi chers que ceux des marques de luxe ».

Il y a également l’inconvénient du climat puisque on voit peu de vêtements d’hiver venant du Brésil et en Europe on n’est pas encore habitué à voir les tenues tropicales. « La Brésilienne ose facilement les tenues sexy, nous devons remonter les décolletés et réduire les échancrures quand nous exportons en Europe », a confié Daniel Correa, le
directeur artistique de Mabel Magalhaes. Mabel Magalhaes  est l’une des marques qui tentent depuis environ 5 ans de se démarquer en Europe.

 

Les créateurs de mode brésiliens sont connus pour leur talent pour jouer  avec des imprimés digitaux réalisés à partir de photos. On trouve des robes décorées en anciennes photos de carte postale et de monuments. Des images colorées avec la forêt amazonienne…

Donc, la mode venue du brésil peut être pleine de surprise par exemple GIG est connue pour ses motifs sophistiqués dont certaines ont été vendues à la boutique L’Eclaireur, à Paris.

On note aussi la coopérative de Coopa Roca, qui s’est fondée dans les années 1980, composée de femmes de la favela Rocinha à Rio de Janeiro qui font des broderies utilisées pour confectionner des pièces pour les marques Carlos Miele ou Lacoste.

Tags: , ,

Category: Cinéma culture

A propos de l'auteur ()

Comments (1)

  1. Séverine dit :

    mode brésilienne
    Il va falloir trouver un look qui doit être pas trop tropique mais sans pour autant se coller à la mode européenne.
    Je crois que c’est ce qui pourrait aider le Brésil à trouver une place dans cet univers!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *