Le jardin botanique Adolfo Ducke

Amazonie

Considéré comme le plus grand jardin au monde, il se situe à Manaus. On le voit plutôt comme une vaste réserve forestière collée à cette ville amazonienne. C’est à Adolfo Ducke qu’on doit aujourd’hui son existence. Pour visiter la réserve, de nombreux sentiers botaniques ont été mis en place, mais se faire accompagner d’un guide est fortement recommandé.

Création du jardin

Il a été créé en 1963 par Adolfo Ducke. Ce dernier voulait s’en servir à des fins scientifiques.  La réserve couvre près de 10 000 hectares tandis que le jardin botanique proprement dit a été créé en 2000. La partie couverte par le jardin ne comprend que :

  • quelques espèces de palmiers de sous-bois tropical
  • un bassin abritant de nombreuses plantes aquatiques issues de l’Amazonie : salade d’eau, nénuphar géant, jacinthe d’eau, petites fougères aquatiques, …
  • une sorte de serre abritant des orchidées et des broméliacées

La forêt

Le jardin botanique Adolfo Ducke

A part le jardin, la réserve se compose d’une vaste forêt pourvue de nombreux sentiers de visites. Comme dans toute l’Amazonie, l’humidité y est très élevée et le sol y est très pauvre comme le prouve les grands arbres dont les racines sortent en surface à cause de la minceur du sol. Même s’ils ne sont pas assez ancrés dans le sol, les arbres se sont adaptés à leur environnement et se sont dotés de contreforts à la base de leur tronc pour tenir debout. Au fil de la visite, on arrive à l’un des plus grands arbres de la réserve. Il s’agit d’un angelim-pedra de plus de 500 ans et de 50 mètres de haut. Il ne faut d’ailleurs pas s’étonner si au fil de la visite, on n’aperçoit que le tronc des arbres puisqu’ils sont tous gigantesques.

Un lieu d’observation

La réserve de Manaus est un havre de paix pour de nombreux animaux et oiseaux. La plupart des visiteurs s’y rendent d’ailleurs pour observer les oiseaux, mais si on veut en faire de même, il faut s’y rendre à l’aube. Des tours et postes d’observation ont été disséminés ici et là dans cet environnement pour ne pas déranger ses habitants.

Des expositions

Une autre facette de ce jardin se traduit par des expositions d’œuvres artisanales. La plupart prend la forme de nasses à poissons, les mêmes que les indiens utilisaient autrefois pour aller à la pêche.

Category: Amazonie

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *