Le premier convoi de boeufs venu du Brésil arrive à Brazzaville au Congo

Publié le:13-06-2012

Actualité Economique

(Mis à jour le: 13 juin 2012)
Le premier convoi de boeufs venu du Brésil arrive à Brazzaville au Congo
Evaluer cet article

Un premier convoi des bœufs brésiliens arrive à Brazzaville au Congo

Le 9 juin dernier, la gare centrale de Pointe-Noire a vu le départ du premier convoi du train transportant environ 300 bœufs pour arriver à Brazzaville, la capitale administrative de la République du Congo, le lendemain.

En effet, pour charger ses wagons spéciaux, il aurait fallu 8 heures pour les fermiers. Il s’agit d’un convoi inhabituel acheminé vers Brazzaville avec des bœufs parfois très agités.

Le premier convoi de boeufsarrive brésilien à Brazzaville

Le premier convoi de boeufsarrive brésilien à Brazzaville

Pour réussir l’opération, plusieurs personnes se sont mobilisés entre
fermiers, vétérinaires, tâcherons congolais, agents du chemin de fer
Congo, la police, la gendarmerie et les services d’hygiène.

Un parc a été aménagé pour permettre à ces bœufs d’y rester depuis leur déchargement du port de Pointe-Noire le 6 juin dernier.


Alexandre Honoré Paka
, le préfet du département de Pointe-Noire, a
déclaré fièrement que « cette initiative personnelle du président Denis
Sassou Nguesso est porteuse de plusieurs promesses. Ces bêtes vont nous
donner du lait, mais aussi de la viande qui sera vendue à bon prix, et
assureront à terme la sécurité alimentaire des Congolais. »

Quand aux dirigeants de la Société Asperbras, cet opérateur brésilien
engagé à assurer le voyage des bœufs, ils ont affirmé que  « les bêtes
vont voyager dans de bonnes conditions, tout a été prévu pour cela.
L’eau, les aliments pour le bétail et toute la logistique possible ont
été prévus pour que le trajet Pointe-Noire-Brazzaville se fasse sans
problème ».

La semaine prochaine, il y aura un 2ème convoyage des 300 bœufs le mardi
prochain ainsi qu’un 3ème  et un 4ème convoyage d’ici la fin du mois.

Les bœufs doivent être emmenés ensuite au ranch d’Oyo, où ils
profiteront des conditions de reproduction et de croissance identiques à
celles du Brésil.

Category: Actualité Economique

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *