Les Indiens de l’Amérique latine Nous défendons nos droits sur la mère nature

Publié le:30-01-2012

Général | |

(Mis à jour le: 29 juin 2018)
Evaluer cet article

Les Indiens réclament qu’ils défendront leurs droits sur la nature

Les Indiens du Brésil ont dénoncé les travaux dans les régions de l’Amazonie et dans les Andes. Ils ont affirmés qu’ils défendront leurs droits et leur mère nature lors du sommet de l’ONU sur le développement durable qui se déroulera du 13 au 22 juin 2012 à Rio de Janeiro.

Des indigènes au Brésil

Des indigènes au Brésil

Des indigènes au Brésil

 

 

En fait, lors du Forum social mondial qui s’est réuni à Porto Alegre au
sud du Brésil, les organisations qui défendent les droits des indigènes
ont déclaré qu’elles participeront au Rio+20 et qu’elles ne se
laisseraient pas à l’écart des décisions qui seront prises.

Le sommet de Rio+20, arrive après 20 ans du Sommet de la Terre à Rio qui a eu lieu en 1992.

20 ans en arrière, le sommet de l’ONU a mis les importantes bases du
développement durable, cependant, les travaux de mines et des champs
pétrolifères se sont augmentés.


Edwin Vasquez
, le responsable de la Coordination des organisations
indiennes du bassin amazonien a souligné que « Vingt ans plus tard, nous
devons nous assurer que cela ne se répétera pas »
.


L’Articulation des peuples indiens du Brésil, la Coordination andine et
la Coordination amazonienne
, sont les 3 organisations qui ont déclaré
que d’énormes campements seront installés à l’occasion du Sommet Rio+20.

Elles ont affirmées lors d’un communiqué que leur« relation à ces terres
et territoires est le fondement de notre existence, fondée sur
l’harmonie avec la mère Nature. Mais le système capitaliste menace
gravement ce droit par les grands travaux d’infrastructure réalisés sans
que nous ne soyons consultés. »

Le sommet Rio+20 est une opportunité pour grands dirigeants de la
planète pour instaurer une nouvelle économie plus verte et plus sociale.

Cependant, les peuples indigènes ont déploré le fait que le Sommet de l’ONU ne s’intéresse pas aux réclamations des Indiens.


« Rio+20 ne se soucie pas des Indiens, il se préoccupe de
l’environnement et de la manière de monétiser la nature »
a dénoncé
Sonia Guajajara, une des responsables de l’organisation brésilienne des
Indiens d’Amazonie.

Elle a ajouté qu’on « parle beaucoup de développement durable, mais
personne ne sait vraiment de quoi il s’agit. On parle d’usines, de
pétrole, de champs de soja durables, mais, pour nous, cela n’a rien à
voir avec l’environnement et la nature dont dépendent nos vies »
.

Mr. Vasquez a souligné également que « Ces dernières années, les
mouvements indigènes ont multiplié les revendications face aux grandes
entreprises, aux compagnies pétrolières ou aux gouvernements d’Amérique
latine, comme au Pérou, en Bolivie et au Brésil où les Indiens
s’opposent à la construction du barrage géant de Belo Monte, en Amazonie
»
.

Ces organisations ont annoncé notamment que lors de la conférence
Rio+20, les Indiens devront réclamer « la démarcation, la protection et
le développement de leurs territoires »
. Ils revendiquent leurs droits
d’être consultés pour tout projet sur les terres indiennes.

Tags: ,

Category: Général


Warning: Use of undefined constant php - assumed 'php' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d702347829/htdocs/brasil/wp-content/themes/wp-clear321/auth-bio.php on line 35

Comments (1)

  1. Séverine dit :

    Rio+20
    cela à l’air de chauffer avant le Rio+20…
    Les indiens ont en fait raison de réclamer leurs droits sur leur terre mais le développement a un prix qui s’est avéré très cher, sur la nature bien sur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *