Miss Amazonie se fait arracher la couronne par sa rivale

Actualités du Brésil |

No votes yet.
Please wait...
(Last Updated On: 29 juin 2018)

Vendredi 30 janvier, une journée qui marque l’histoire de Miss Amazonie. Le concours a pris une tournure assez désastreuse. Farouchement, la première dauphine a agressé la gagnante en refusant sa défaite. Raison d’un tel acte ? Il parait que le concours de beauté a été truqué. Pourtant, avant l’annonce des résultats, les deux candidates étaient main dans la main. Personne ne s’attendait à voir le meilleur des scandales. L’une en rouge, l’autre en bleu, toutes deux étaient en sourires jusqu’à l’annonce du résultat des votes.

La miss jetée à terre et tirée par les cheveux

Un grand scandale dans le domaine de l’élection de la plus belle fille ! A peine l’hôtesse a posé la couronne sur la tête de la gagnante que la concurrente s’avança pour l’arracher. Un crêpage de chignons en direct devant des milliers de téléspectateurs et les membres du jury. La victime, Carol Toledo s’est vue humiliée, insultée et tirée par les cheveux en public. Elle n’a pas eu le temps de savourer sa victoire et est restée sans voix face à cette attaque. La responsable, Sheislane Hayalla, 23 ans, déçue par les résultats, n’a pas su garder son sang-froid lors du couronnement de la jeune brune. Certaines candidates étaient amusées de voir la Miss jetée rageusement au sol. Tout se passa très rapidement. Et la deuxième dauphine ajouta en criant fort sur la scène qu’à Manaus, c’est l’argent qui triomphe mais qu’elle est en train de montrer au peuple amazonien que ce n’est pas le cas sur cette scène. Elle se dirigea ensuite vers les coulisses, toujours des insultes plein la bouche.

La première dauphine s’explique

Bien avant cette annonce, on murmurait déjà en coulisses que la miss serait Carol Toledo. Selon les médias, un acte si violent et honteux n’est pas digne d’une telle beauté. Quelques temps après, Sheislane Hayalla s’est défendue en dévoilant les raisons qui l’ont poussée à agir ainsi. Au site G1 du globo, ses déclarations témoignent que la Miss aurait eu des privilèges pendant le concours. Son acte était déplacé, pourtant non regretté selon elle. Elle osa même affirmer que beaucoup de concurrentes étaient mieux préparées que la gagnante. Et que c’est contre les organisateurs qu’elle en avait le plus et non l’élue.

Concernant ce qui s’est passé, Miss Amazonie n’avait rien à dire. La jeune femme de 20 ans, étudiante en droit se dit attristée par les évènements. Elle déclara que les mots ne suffisent pas pour décrire ce qu’elle ressent. Elle rétorqua juste que sa concurrente doit prouver tout ce qu’elle affirme en justice.

Pour le moment, les organisateurs sont encore injoignables et ne font aucune déclaration face aux accusations de Sheislane Hayalla. Celle-ci n’avait aucune honte en disant que la gagnante aurait acheté les planificateurs de l’évènement. Face à un tel acte, on ignore si le titre de première dauphine lui revient encore ou non. Néanmoins, pour l’instant, Carolina Toledo joue bien son rôle de miss Amazonie dans sa région.

Tags:

Category: Actualités du Brésil

A propos de l'auteur ()

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *