Brésil : l’épidémie de césariennes doit cesser

Publié le:06-03-2015

Actualités du Brésil

(Mis à jour le: 28 août 2015)
Evaluer cet article

Depuis quelques années, un nouveau genre d’épidémie est apparu au Brésil : celle des césariennes. En effet, avec un taux de 85 % des accouchements, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) rappelle le pays à l’ordre ce qui l’a poussé à sonner l’alerte.

85 % au lieu de 15 %

Selon une étude, environ 85 % des naissances se font pas césarienne dans les cliniques contre 40 % dans les hôpitaux publics. Le chiffre est même plus élevé encore dans les établissements privés de Rio de Janeiro où le taux frôle des 93 %. Face à augmentation vertigineuse du nombre de césarienne, on en vient à parler d’épidémie.

Un accouchement par voie basse : un phénomène exceptionnel au Brésil

Lorsque le ministre de la santé brésilien, Arthur Chioro, a sonné l’alerte au mois de janvier, les mères qui ont subi une césarienne sans vraiment le vouloir sont sorties de leur silence sur internet et les réseaux sociaux. Depuis, les témoignages ne cessent pour démontrer qu’avant les mères, ce sont les médecins qui exigent la césarienne.

Une mère a alors tenu à témoigner que lorsqu’elle a exigé un accouchement par voie basse, dix médecins ont refusé de l’accompagner. Son seul recours a été de s’adresser à une association qui défend l’accouchement naturel. Lorsqu’enfin elle a donné naissance à sa petite fille, les sages-femmes lui ont offert des fleurs et pour cause : elle était la seule à avoir accouché par voie basse ce jour-là.

Bresil epidemie des cesariennes bresiliennes

Une autre mère a également publié qu’avant son accouchement, son médecin a évoqué un problème respiratoire chez l’enfant d’où la nécessité d’une césarienne. Ce n’est que longtemps après qu’elle a découvert que cette chirurgie n’était pas si indispensable que cela.

Ces récits prouvent alors à quel point accoucher par voie naturelle est devenue une chose exceptionnelle au Brésil.

L’accouchement par voie basse : source de troubles sexuels ?

Les médecins ne sont pas les seuls à blâmer dans ce taux alarmant puisque la majorité des femmes Brésiliennes opte de leur propre gré pour la césarienne. Pourquoi ? Parce que selon elles, l’accouchement par voie naturelle entraîne des troubles sexuels.

L’OMS exige un taux de 15 %

Les 85 % du Brésil est vraiment trop loin des 15 % exigés par l’OMS. En effet, selon l’organisation, le taux moyen de césarienne par pays doit se situer aux environs de 15 %. L’OMS et le Brésil souhaitent alors réduire les 85 % à 15 %, mais cela ne sera pas facile.

Pour information, le taux de césarienne en France s’est depuis quelques années stabilisé autour de 19 %.

 

Category: Actualités du Brésil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *